Brésil: Dix mille personnes manifestent pour les profs
Actualisé

BrésilDix mille personnes manifestent pour les profs

De nombreuses personnes sont descendues dans les rues brésiliennes de Rio pour défendre le statut des enseignants. Des incidents ont émaillé la nuit de lundi à mardi.

Plus de 10'000 personnes, selon la police, ont manifesté lundi soir dans le centre de Rio pour soutenir les enseignants des écoles publiques en grève depuis près de deux mois. Ces derniers demandent des augmentations de salaire et un nouveau plan de carrière. Des incidents ont éclaté à la tombée de la nuit.

Aux cris de «ce gouvernement va tomber! Dehors Cabral et Paes!» (respectivement Sergio Cabral, gouverneur de Rio et Eduardo Paes, le maire de la ville, ndlr), les milliers de manifestants, professeurs et sympathisants ont marché dans l'avenue Rio Branco jusqu'à la place Cinelandia où se trouve le Conseil municipal.

Incidents durant la nuit

Certains en ont tagué les murs, mais contrairement aux manifestations précédentes la présence policière était d'abord discrète. Un groupe d'Indiens a même allumé un petit feu devant l'immeuble.

Mais à la tombée de la nuit, les premiers incidents ont commencé à l'initiative de 200 «Black blocs» (anarchistes masqués). Un autobus a été incendié, les vitres de plusieurs kiosques et agences bancaires ont été brisées et des sièges et du mobilier ont été empilés pour ériger des barricades.

Un groupe d'anarchistes masqués a brisé les portes de la mairie, d'autres ont lancé des bombes artisanales contre la façade et brûlé des poubelles dans la rue. Les manifestants ont été dispersés par un commando anti-émeute de la police à l'aide de gaz lacrymogène.

Mardi dernier, des affrontements violents avaient déjà éclaté entre quelques centaines d'enseignants et des policiers, devant le Conseil municipal où a été voté un plan de carrière rejeté par les professeurs. Plusieurs vitrines d'agences bancaires avaient là aussi été saccagées.

Un demi-million d'élèves concernés

En grève depuis 53 jours, les professeurs des écoles publiques gérées par la municipalité exigent le retrait de ce plan de carrière pour reprendre les négociations avec la mairie. La grève touche actuellement 600'000 élèves.

Selon le syndicat des enseignants, ce plan de carrière ne concerne que ceux qui travaillent 40 heures par semaine dans la même école, soit 7% d'entre eux. Actuellement, ces enseignants gagnent à peine 25 reais (environ 10 francs) de l'heure.

A signaler que les écoles publiques brésiliennes sont fréquentées généralement par les couches pauvres de la population, alors que les enfants des classes plus aisées vont à l'école privée. (ats)

Grève au Mexique

Des milliers d'enseignants en grève, qui menaient une campagne de protestation à Mexico contre la réforme de l'éducation, ont annoncé lundi la reprise des cours dans le sud du pays. Dans cette région, plus d'un million d'élèves n'ont pas eu classe depuis deux mois.

Au cours d'une consultation nationale organisée ce week-end parmi les membres de la Coordination nationale des travailleurs de l'Education (CNTE), la branche radicale du Syndicat national des enseignants, qui avait promu le mouvement, a décidé de reprendre les cours le 14 octobre, a indiqué la CNTE dans un communiqué.

Au moins 1,3 million d'élèves du primaire et du secondaire auraient dû, selon le calendrier officiel, commencer leur année scolaire le 19 août dans les quelque 13'500 écoles de l'Etat d'Oaxaca, où la CNTE est majoritaire.

Des milliers d'enseignants contestataires venant de cet Etat du sud et d'autres régions sont venus dans la capitale depuis le mois d'août pour empêcher la mise en oeuvre de la réforme de l'éducation, au moyen de manifestations, de blocages de grandes artères, et de l'accès au Parlement ou à l'aéroport international de Mexico.

Ton opinion