POINTS FORTS ET POINTS FAIBLES – Dix systèmes d’infodivertissement à l’essai
Le système d’infodivertissement est désormais le point central dans une voiture.

Le système d’infodivertissement est désormais le point central dans une voiture.

Volvo
Publié

POINTS FORTS ET POINTS FAIBLESDix systèmes d’infodivertissement à l’essai

Écrans au format XXL, connectivité à Internet et assistance vocale: les systèmes d’infodivertissement ont grandement évolué au cours des dix dernières années. «20 minutes» a testé dix systèmes pour leur côté pratique.

par
Fabio Simeon

On éteint les lumières et on active l’alarme: pas dans la voiture, mais à la maison. Les systèmes d'infodivertissement des véhicules de dernière génération rendent désormais cela possible. Leur éventail de fonctionnalités est tellement large qu’il rendrait même David Hasselhoff et KITT verts de jalousie.

Mais certaines fonctionnalités sont tout aussi «agréables à avoir» que superflues. C'est pourquoi 20 minutes s’est contenté d’évaluer celles qui garantissent une réelle valeur ajoutée pour un usage quotidien, notamment le système de navigation, l’offre multimédia, la qualité du son, le système mains libres et l'assistance vocale.

BMW 430i Cabriolet

BMW

Contrairement aux autres candidats, le constructeur munichois tient aux valeurs de conception traditionnelle du cockpit. En d'autres termes, dans notre voiture de test, une BMW 430i Cabriolet, la taille de l'écran tactile est presque modeste par rapport à la concurrence. Les nombreux boutons mécaniques sont entre-temps devenus une spécificité de BMW. Pendant la conduite, ces éléments, ainsi que le bouton rotatif du volume et le contrôleur tactile de navigation iDrive, sont une véritable bénédiction. L'assistant vocal flexible est tout aussi digne d’éloge. Non seulement il écoute patiemment, mais son niveau de compréhension est également supérieur à celui de la plupart de ses concurrents. Tandis qu’il manquera aux auditeurs de radio un tuner DAB dans la sélection multimédia, la Série 4 satisfait les amateurs de streaming avec une connexion Spotify. Le téléphone portable est connecté à l’antenne extérieure pour une clarté de son lors des appels, la station de recharge assure une batterie pleine et le système de navigation vous permet d'arriver à bon port. Ce dernier est idéalement couplé aux systèmes d'affichage de la Série 4 et déploie toutes les instructions - quel que soit le degré de complexité de l'intersection.

Porsche Taycan

Porsche

Les concepteurs de programmes de Stuttgart n'ont pas la tâche facile. Bien qu'ils fassent de leur mieux, la forme attrayante de la carrosserie ou la puissance du moteur figurent généralement au cœur du lancement d’une Porsche. Pourtant, les systèmes d'infodivertissement sont presque aussi intelligents que les 911 sont rapides. Surtout celui de la Taycan. L’étendue des fonctionnalités de la voiture de sport électrique quasi silencieuse sont dignes d'éloges, tout comme l'affichage clair. Le lecteur de streaming musical et de podcasts d'Apple fournit le son. Autre fonctionnalité intéressante: si vous aimez un morceau qui passe à la radio, vous pouvez directement l'ajouter à la playlist en streaming. De manière générale, la Taycan semble être une voiture dédiée aux amateurs de musique, du moins lorsqu’elle est équipée du système audio Burmester 3D, en option. Activé par «Hey Porsche», l'assistant vocal exige une commande rapide et franche, au risque de vous faire interrompre de façon assez brutale par la voiture de Stuttgart. Mais une fois que vous avez pris le pli, la Taycan comprend très bien son propriétaire.

VW Golf

VW

Le dernier système d'infodivertissement en date de Volkswagen, qui fête sa première dans la nouvelle Golf, mise désormais davantage sur les services en ligne. Ce n’est désormais plus un problème d’ajouter des applications tels que l’assistant vocal Alexa en plus des services de streaming fixes de Tidal ou d’Apple. Dans notre voiture d'essai, un écran tactile de dix pouces sert de centre de commande pour presque tout, de la radio à la ventilation en passant par les systèmes d'assistance. Il n'y a qu’un petit panneau de commandes supplémentaire situé à gauche du volant pour les phares et un autre au niveau de la console centrale. «Cela apporte un côté ultramoderne, même si la convivialité en a pris un coup avec la disparition des boutons», disent les baby-boomers. «Mec, une structure claire, avec des images en plus, c’est cool», réplique la génération smartphone. S’ajoute à cela que de nombreuses fonctionnalités se contrôlent par commande vocale. Une fois le système activé avec «Bonjour Volkswagen», il suffit d’adopter un langage familier du genre «ça tire» pour que le ventilateur se mette à souffler moins fort.

Volvo XC 40 Recharge

Volvo

Volvo et sa filiale Polestar ont figuré parmi les premiers constructeurs automobiles à utiliser le système d'exploitation Android de Google. Le logiciel, développé à l'origine pour les smartphones, contrôle non seulement la connexion téléphonique et la navigation dans notre Volvo XC40 Recharge, mais aussi les fonctionnalités du véhicule telle que la climatisation. Le gros avantage est qu’avec le Google App Store et Google Assistant, le Suédois a accès à des services maintes fois éprouvés. Il est même possible, moyennant la bonne application et le bon matériel, de contrôler les lumières, les volets ou le système d’alarme de votre maison à distance par le biais de l'écran Volvo. Dans le genre un peu moins spectaculaire, mais d'autant plus pratique, on trouve la navigation Google Maps et la reconnaissance vocale. La première est familière, vu qu’elle est utilisée depuis des années sur les smartphones, et établit de nouvelles normes en matière de navigation en temps réel; la seconde est attentive à l’écoute, n'est jamais à court d'une réponse et semble tout savoir grâce à la sauvegarde de Google. En bref, le système d'exploitation Android est clairement un pionnier dans le segment des systèmes d'infodivertissement.

Audi e-tron

Audi

Le mastodonte électrique d'Audi impressionne avec une large gamme de services en ligne et multimédias. Certes, il n’y a plus de réception de la radio DAB, mais les enceintes de l’e-tron ne restent pas muettes pour autant, comme dans la BMW 430. Grâce à un récepteur hybride, elles continuent de diffuser la radio internet. Comparé à l’écran plat de la Classe S, l'écran principal du véhicule d'Ingolstadt pourrait presque paraître petit à côté. Il permet néanmoins un affichage clair de l’itinéraire et du trafic routier. En dessous de celui-ci se trouve un deuxième écran pour la climatisation. Même un deuxième écran ne peut rivaliser avec la simplicité d'un bouton rotatif, mais cela a au moins le mérite de ne pas avoir à chercher longtemps pour régler la climatisation. Comme à l’accoutumée chez la marque aux quatre anneaux, il faut d’abord s’habituer un peu à son utilisation avant d’en découvrir toutes ses facettes. Par exemple, le temps d’afficher la page contenant les conseils sur les places de stationnement libres en maintenant le doigt sur l’écran supérieur, on a souvent déjà fini par trouver la place de parking. En contrepartie, l’Audi phone box, qui connecte le smartphone à l'antenne externe de la voiture sans fil et le charge par induction, même s'il se trouve dans son étui, est vraiment génial.

Mercedes-Benz Classe S

Daimler AG

C’est jadis avec le slogan «La meilleure voiture du monde» que la Classe S de Mercedes-Benz s’est un jour fait un nom. Aujourd'hui encore, la berline de luxe à l'étoile reste fidèle à sa réputation de leader technologique. À part l'Audi Q4 e-tron, aucun autre véhicule de notre série d'essais ne présente des caractéristiques dignes de la science-fiction tels que l’affichage tête haute basé sur la réalité augmentée et l'écran principal. Mais même pour des fonctionnalités plus «banales» comme la reconnaissance vocale, la deuxième génération du système multimédia Mercedes MBUX joue dans la cour des grands et rivalise avec le Volvo XC40 et la BMW 430i Cabriolet. La Classe S, en revanche, est sûre de remporter le titre de «plus grande puissance de calcul». Car, quelle que soit l'interface utilisée pour saisir la commande, l’immense performance du matériel garantit une mise en œuvre instantanée. Seul bémol: à Stuttgart aussi, les commandes analogiques ont été largement bannies du cockpit.

Kia Sorento

Kia

Il n'y a pas qu'en Europe que le divertissement et l'information en voiture prennent de plus en plus d'importance. Les Coréens l’ont récemment prouvé avec leur nouvelle génération d'infodivertissement appelée «Uvo». Ce système permet également de s’orienter sur la route et assure le divertissement dans le Kia Sorento. Et ce n’est pas parce que le Sorento coûte environ 75’000 francs de moins que la nouvelle Classe S, qu’il devrait faire profil bas face à la concurrence. L'application est particulièrement innovante, avec notamment les fonctions de verrouillage, de localisation du véhicule, le planificateur d'itinéraire ainsi qu’un journal de bord numérique. À l’intérieur du véhicule, un écran tactile de navigation allant jusqu'à 10,25 pouces prend en charge l'information et le divertissement. La navigation avec des informations sur le trafic en temps réel est particulièrement appréciable. Aucune critique non plus à apporter au niveau de l’affichage. Grâce à des rapports de contraste agréables, le contenu peut être rapidement appréhendé. À ce propos, en conduisant, l'assistant vocal a du mal à me comprendre, même lorsque je m’exprime clairement et que je pousse la voix. À tous les autres niveaux, la concurrence plus chère n’a plus qu’à mettre le turbo si elle veut éviter d’avoir à s’expliquer.

Fiat 500 e

Fiat

La génération smartphone a aujourd’hui 20 ans et apprécie de prendre place au volant d'une petite citadine. Ce qui n’a pas non plus échappé au constructeur de Turin. En un rien de temps, la cinquième génération du système «Uconnect» a été revue pour la Fiat 500e. L'accent a été majoritairement mis sur une connexion simple entre le téléphone portable et la voiture, afin d’avoir accès directement aux contacts, aux informations saisies dans le calendrier ou aux éléments de divertissement. Apple Car Play et Android Auto sont déjà disponibles depuis un certain temps. Dans notre véhicule d'essai, les informations sont affichées sur un écran de 10,25 pouces au centre de la console. Si vous cliquez et balayez les paramètres, ce dernier se divise également en deux ou trois parties. Il est ainsi possible d’afficher, en parallèle de la carte de navigation, d’autres informations tel que l’état de la batterie. Si le niveau de celle-ci est faible, la recherche intégrée de bornes de recharge s’avère particulièrement utile. En outre, le système indique la zone pour laquelle la charge de la batterie est suffisante, basée sur la consommation électrique. Le smartphone peut être chargé par induction directement sous l'écran. On notera, au passage, la silhouette subtile de la ligne d’horizon de Turin sur le socle de recharge.

Ford Mustang Mach-e

Ford

Nouvelle forme, nouvelle motorisation et nouveau système d’infodivertissement baptisé «Sync4»: avec la Ford Mustang Mach-e, le constructeur automobile américain inaugure une nouvelle ère. Comme chez la concurrence, boutons et molettes rotatives laissent place à la connexion en ligne, au cloud et au smartphone. Les plus de 80 options de réglage du véhicule, notamment de la température, de l'éclairage d’ambiance et de la position assise, peuvent toutes être contrôlées par le biais de l'énorme écran tactile de 15,5 pouces. D’après le constructeur automobile américain, les informations et les applications importantes devraient néanmoins être accessibles en «un ou deux tours de main». Ce qui est plutôt malin est que le système Sync4 est évolutif. À en croire Ford, l'algorithme fait, par exemple, les bonnes suggestions de communication au bon moment et signale, par exemple, quand il est l’heure d'appeler votre partenaire. En outre, la reconnaissance vocale marque des points grâce à son traitement rapide et simple des commandes. Pour le système de navigation, les professionnels néerlandais de TomTom ont été mis à contribution. À l'avenir, les informations sur le trafic seront transmises en temps réel et mises à jour toutes les 30 secondes. L'affichage de la disponibilité des stations de recharge publiques, y compris les prix de l'électricité, restent également d’actualité.

Peugeot 308

Peugeot

Dernièrement, les Français ont également écrit un nouveau chapitre. En plus d'un nouveau logo orné d’une tête de lion avec une grande crinière, les dernières nées de Peugeot se caractérisent par un système d'infodivertissement retravaillé. C'est également le cas de la 308 partiellement électrifiée, qui dispose d'un écran d'infodivertissement de dix pouces doté d’un nouveau logiciel. Par conséquent, le système réagit rapidement aux commandes. Les boutons physiques sous l'écran, telles qu’on les connaissait sur les anciens modèles Peugeot, cèdent la place - qui l'eût cru - à une solution numérique. Il reste que les «i-toggles» ont une taille agréable. Le «bouton d'accueil» virtuel est fixe, alors que tous les autres champs sont configurables. Au final, une seule pression suffit pour passer un appel téléphonique au bureau ou pour régler la température ambiante souhaitée. Le contenu affiché sur la page d'accueil de l'écran d'infodivertissement peut également être choisi librement. D'autres niveaux permettent d'accéder à des applications, notamment pour intégrer le smartphone. Ce dernier se charge d’ailleurs par induction dans un compartiment situé dans la console centrale.

Ton opinion

4 commentaires