Révélations: DJ Energy a mixé au lieu d'aller se faire opérer
Actualisé

RévélationsDJ Energy a mixé au lieu d'aller se faire opérer

Un ami de longue date du DJ alémanique raconte comment s'est déroulée sa dernière soirée. Gravement blessé, il n'a pas voulu renoncer à ses engagements.

par
nik/fab

L'Autrichien Thomas Feuerstein a accompagné Roger Beglinger, alias DJ Energy, pendant toute la journée du samedi 13 août. Il était à ses côtés à la Street Parade et a passé la nuit avec lui. «Je connais Roger depuis 20 ans, j'étais l'un de ses plus proches confidents, explique-t-il contacté par «20 Minuten». Je l'ai accompagné dans ses dernières heures, jusqu'à sa mort.»

«Je suis arrivé samedi aux alentours de midi à l'appartement de Roger», poursuit Feuerstein. «Il m'a fait bonne impression et avait l'air heureux. Mais il se plaignait de douleurs à son épaule, qui aurait dû être opérée la semaine prochaine. Il a aussi expliqué que ses douleurs l'avaient empêché de dormir les nuits dernières et qu'il se sentait très fatigué».

«Il n'a consommé ni drogue ni alcool»

Malgré les douleurs et la fatigue, pas question pour DJ Energy, 37 ans, de renoncer à jouer à la Street Parade. «Il a eu un tendon déchiré qui aurait dû être opéré en urgence, révèle son ami. Mais avant cela, Roger voulait absolument assurer ses obligations à la Street Parade et à la soirée Energy.» Thomas Feuerstein insiste sur le fait que depuis qu'il a rejoint Energy, samedi à midi, ce dernier n'a consommé «ni alcool, ni drogues» car il «voulait être le plus en forme possible pour ce week-end tellement important pour lui».

Après son set à la Street Parade, l'état de Beglinger a empiré. Il a eu des sueurs et sa circulation cardio-vasculaire s'est dégradée. Mais, selon son ami, le DJ n'aurait jamais craché du sang, contrairement à ce que prétendait le «Blick».

Peine à respirer dimanche matin

Arrivés au domicile d'Energy, sa petite-amie et Feuerstein ont remarqué que le stress et la foule ne l'ont pas aidé. C'est pour cela qu'ils ont décidé d'annuler son set prévu un peu plus tard à la soirée Energy au Hallenstadion. La copine de Roger a pris soin de lui et ils se sont tous couchés vers une heure du matin.

«Dimanche matin, la copine de Roger m'a réveillé, se rappelle Feuerstein. Elle avait remarqué qu'il ne respirait plus de manière régulière.» Ils ont alors immédiatement appelé les secours et «tout de suite commencé les mesures d'urgence pour lui sauver la vie». En vain. A son arrivée, le médecin n'a pu que constater le décès.

Ton opinion