Tennis - Et Novak Djokovic a hurlé son soulagement
Publié

TennisEt Novak Djokovic a hurlé son soulagement

Le No 1 mondial s’est défait de l’Italien Matteo Berrettini en quatre manches et défiera son grand rival Rafael Nadal en demi-finale à Roland-Garros.

Novak Djokovic a célébré très très fort sa victoire mercredi soir.

Novak Djokovic a célébré très très fort sa victoire mercredi soir.

AFP

Novak Djokovic a rejoint Rafael Nadal en demi-finale de Roland-Garros en venant à bout mercredi soir, peu avant minuit, de l’Italien Matteo Berrettini (9e) en quatre sets 6-3 6-2 6-7 (5/7) 7-5 en 3h28 min.

Pour la première «night session» avec du public – jusqu’à 5000 personnes maximum – de l’histoire de Roland-Garros, à la faveur de l’allègement des contraintes sanitaires et du recul du couvre-feu de 21 heures à 23 heures, «Djoko» a donné pendant presque trois sets le sentiment d’être parfaitement en contrôle et de pouvoir appuyer sur l’accélérateur quand il le désirait pour faire la différence.

Mais ça n’a pas été le cas au moment décisif, dans le tie-break du troisième set: en tête 5 points à 4 avec deux services à suivre, le Serbe a enchaîné deux fautes grossières, un coup droit et un revers expédiés dans le filet, et Berrettini a su saisir sa chance pour revenir à deux manches à une.

Chute sans gravité

Lancés dans un quatrième set, les deux joueurs ont été stoppés dans leur élan, à 3-2, par l’imminence du couvre-feu et la nécessité d’évacuer le stade. Une annonce accueillie par des sifflets. Djokovic et Berrettini ont alors quitté le court, pendant une vingtaine de minutes, le temps de convaincre les derniers récalcitrants. «Les conditions étaient particulières, avec du public dans trois manches et après nous seuls dans le stade. Il faut trouver la motivation, parce que le public donne une énergie très spéciale», a décrit le Serbe.

À la reprise, aucun n’a flanché malgré le total changement d’ambiance, et malgré une chute sans gravité de «Djoko». Les deux joueurs ont tenu bon sur leur service jusqu’à 6-5 en faveur du No 1 mondial.

Joie rugissante

Sous pression sur son engagement, le puissant Italien a fini par rendre les armes à la troisième balle de match du Serbe, qui a accueilli sa qualification pour le dernier carré dans une joie rugissante.

«Mon service a été efficace, très précis, apprécie Djokovic, qui n’a pas cédé sa mise en jeu de la partie. C’était une grande bataille, contre un joueur qui sert bien, puissant, contre lequel il est difficile de conserver de l’intensité.»

Le Serbe jouera vendredi sa 40e demi-finale dans un Majeur, dont onze à Roland-Garros.

(AFP)

Ton opinion

96 commentaires