Actualisé 15.05.2011 à 19:42

Tournoi de Rome

Djokovic bat Nadal en finale

Le Serbe Novak Djokovic a battu l'Espagnol Rafael Nadal en finale du Masters 1000 de Rome (6-4, 6-4), dimanche, signant sa 37e victoire en autant de match en 2011.

Les ressources de Novak Djokovic semblent inépuisables. Le Serbe de 23 ans a conquis son septième titre de l'année dimanche à Rome, infligeant à Rafael Nadal (6-4 6-4) sa deuxième défaite en l'espace de sept jours sur terre battue. Nole affiche un bilan immaculé de 37 succès pour zéro défaite en 2011, ce qui constitue le meilleur début de saison réalisé après celui de John McEnroe en 1984 (42 victoires d'affilée). Il en est même à 39 victoires consécutives en tenant compte de la finale de la Coupe Davis, là où tout avait commencé.

Limites repoussées

Novak Djokovic, dont la dernière défaite remonte à la demi-finale du Masters 2010 face à Roger Federer, ne cesse de repousser ses limites en 2011. Vainqueur de l'Open d'Australie, il a remporté quatre des cinq Masters 1000 disputés cette année. Absent à Monte-Carlo, le no 2 mondial a triomphé à Indian Wells, Miami, Madrid puis Rome en s'offrant à chaque fois le scalp de Rafael Nadal en finale.

Le droitier de Belgrade semble mûr pour une passation de pouvoir, pourquoi pas à Roland-Garros où le gaucher majorquin défendra son titre dès le 22 mai. Rafael Nadal paraît certes intouchable sur sa surface de prédilection dans un match joué au meilleur des cinq sets, mais aucun défi ne semble désormais trop grand pour Nole. Il est devenu le deuxième joueur - après Nikolay Davydenko - à battre l'Espagnol quatre fois consécutivement, et le troisième - après Gaston Gaudio et Roger Federer - à le dominer plus d'une fois sur terre battue.

La gestion du «money time»

Contraint de lutter pendant plus de trois heures pour vaincre la résistance d'Andy Murray dans une demi-finale où il est passé à trois reprises à deux points de la défaite, Novak Djokovic a encore une fois «bluffé» les observateurs en enchaînant face à Rafael Nadal dans une finale qui durait 2h12'. Il signait le break décisif dans l'ultime jeu de la manche initiale, alors que le taureau de Manacor venait pourtant d'effacer un service de retard. Il gérait à nouveau parfaitement le «money time» dans le deuxième set, où Rafael Nadal cédait son engagement dans le dernier jeu alors qu'il était revenu de 0-2 à 2-2. (si/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!