Actualisé

US OpenDjokovic: «Je n'étais pas moi-même»

Le N.1 mondial a refusé d'invoquer la chaleur pour justifier sa défaite face à Kei Nishikori en demi-finale de l'US Open samedi: «Je n'étais pas moi-même», a-t-il regretté. Interview.

«Mon tennis n'était simplement pas en place», a expliqué Novak Djokovic.

«Mon tennis n'était simplement pas en place», a expliqué Novak Djokovic.

La chaleur et l'humidité vous ont-elles perturber?

Novak Djokovic: «Les conditions étaient les mêmes pour les deux joueurs, elles n'étaient pas faciles, mais Kei avait passé plus de temps sur le court que moi. Ce n'est pas une excuse. Je le savais capable de jouer de nouveau un match en cinq sets, parce qu'il n'a pas joué beaucoup avant ce tournoi, il a fait une grosse coupure et il s'est préparé spécifiquement pour l'US Open. Il a produit du grand tennis, c'était le meilleur joueur sur le court aujourd'hui. C'est devenu un jouer très complet, il est très rapide, il renvoie beaucoup de balles et utilise la moindre balle trop courte pour attaquer. A la fin du match, on a bien vu que nous ne bougions plus autant qu'au début, mais je ne veux pas me servir des conditions comme une excuse. Mon tennis n'était simplement pas en place».

Comment expliquez-vous cette nette défaite?

«A part au deuxième set, je n'ai pas joué au niveau que j'espérais, j'ai fait trop d'erreurs directes, je n'avais pas la bonne longueur de balle, je n'étais pas moi-même. Je n'arrivais pas à bien frapper la balle, il a profité de mes erreurs et moi pas des siennes».

Quel bilan tirez-vous de cette année 2014?

«L'année n'est pas terminée, je pense que j'aurais pu aller plus loin ici, je suis donc déçu, mais c'est le sport, il faut féliciter le vainqueur du jour, passer à autre chose et espérer finir la saison comme je l'ai fait l'an dernier». (afp)

Nishikori: «J'ai joué mon tennis»

«J'ai toujours été prêt à affronter ce genre de joueurs. Surtout cette année où j'ai très bien joué. J'ai disputé la finale d'un Masters 1000 (Madrid, NDLR) et j'ai déjà battu des joueurs de ce calibre. J'étais un peu tendu de disputer ma première demi-finale, mais je dirais aussi que ma confiance m'a aidé. J'ai très bien joué de manière très agressive. Je n'ai pas attendu la balle. Même si l'adversaire s'appelait Novak, j'ai joué mon tennis. Et tout a très bien marché aujourd'hui. Michael (Chang, son entraîneur, NDLR) m'a été d'une grande aide depuis la fin de l'année dernière. Il m'a aidé mentalement aussi, tout comme Dante (Bottini, son autre entraîneur, NDLR). Je sens que mon tennis change, je suis plus agressif et je joue avec davantage de confiance. Michael est dur, mais quelquefois j'en ai bien besoin. Certaines personnes peuvent me pousser de manière efficace, et c'est le cas avec Michael. Notre association est très fructueuse. Quand sur le court je me sens fatigué ou frustré, ça m'aide de le voir si calme dans la tribune.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!