Doc Gynéco à Genève: «Sarko n'est pas là ce soir!»
Actualisé

Doc Gynéco à Genève: «Sarko n'est pas là ce soir!»

Genève - Hué par les opposants au président français, le rappeur Doc Gynéco a quitté la scène avant la fin sous les projectiles et les injures.

«Est-ce qu'il y a des fans dans la foule?», demandait l'animateur au public venu nombreux, hier soir lors de l'ouverture des Fêtes de Genève.

«Bouh!» «Vendu!» «Tu es un clown!» Un groupe d'opposants à Nicolas Sarkozy exprimait sa colère. Le rappeur avait retourné sa veste et avait soutenu le président français lors de la campagne électorale.

Troublé par l'accueil, le chanteur a répondu aux sifflements et aux insultes: «Sarko n'est pas là ce soir!» Ce qui n'a pas calmé la foule. Bien au contraire. «Ta gueule!» «T'es qu'un bouffon!», criaient les opposants déchaînés. «Sarko facho, Gynéco collabo», pouvait-on même lire sur des banderoles.

Imperturbable, le Doc a fait son show, comme si de rien n'était, recevant de-ci de-là des projectiles en pleine face. La police est intervenue dans le public. Elle a embarqué un Vaudois qui a jeté un sachet contenant de la polenta sur la scène, ainsi qu'un ami Genevois qui a tenté d'empêcher les gendarmes de procéder à l'interpellation.

Mais les sifflements ne se sont pas arrêtés pour autant. Doc Gynéco a donc écourté son show. Déçu, il a quitté la scène en déclarant: «personne ne pourra m'empêcher de crier «love»! Merci la Suisse!» La foule a continué à siffler de plus belle.

Il était temps qu'il s'en aille. C'est sa chanteuse qui a eu la lourde tâche de conclure le spectacle. Seule avec les musiciens, elle a déclaré: «Il y a trop de haine. Vous êtes libres. Il est libre. C'est ça la démocratie!»

Plusieurs manifestants ont été interpellés avant et après le concert.

Interrogé par la TSR après avoir quitté la scène, Doc Gynéco a affirmé qu'il n'était pas étonné des réactions, sachant qu'un artiste est souvent critiqué. Il a cependant regretté que les manifestants ne viennent pas avant ou après son concert faire preuve de leur mécontentement, afin de laisser les fans apprécier le show.

(Sabrine Gilliéron/fab)

Ton opinion