Covid-19: Domaines skiables en grande partie fermés en Suisse centrale
Publié

Covid-19Domaines skiables en grande partie fermés en Suisse centrale

Les cantons de Schwyz, de Nidwald, de Lucerne et de Zoug ont décidé de fermer les remontées mécaniques du 22 au 29 décembre en raison de la pandémie.

Le gouvernement lucernois estime qu’il est «irresponsable» de laisser ouvertes les stations de ski dans la situation actuelle. (KEYSTONE/Urs Flueeler)

Le gouvernement lucernois estime qu’il est «irresponsable» de laisser ouvertes les stations de ski dans la situation actuelle. (KEYSTONE/Urs Flueeler)

KEYSTONE

Skier dans les cantons de Schwyz, de Nidwald, de Lucerne et de Zoug sera impossible du 22 au 29 décembre. Les remontées mécaniques y seront fermées en raison de la pandémie. La Conférence des directeurs de la santé de Suisse centrale recommande de renoncer à se rendre sur les pistes.

Le gouvernement lucernois estime qu’il est «irresponsable» de les laisser ouvertes dans la situation actuelle. La situation épidémiologique est «actuellement très tendue», a indiqué vendredi l’exécutif lucernois. La situation dans les hôpitaux lucernois ne permet pas de poursuivre ou de démarrer l’exploitation des domaines skiables dans le canton.

Les exécutifs zougois et nidwaldiens ont pris la même décision. À Zoug, aucune amélioration de la situation sanitaire n’est en vue, justifie le Conseil d’État. À Nidwald, on invoque la nécessité d’éviter tout engorgement dans les hôpitaux.

Le canton de Schwyz ne remplit pas non plus les conditions épidémiologiques pour accorder aux stations de ski la licence d’exploitation, a indiqué de son côté le gouvernement schwyzois. Le taux de reproduction du coronavirus pour les sept derniers jours est de 1,28, ce qui signifie que 100 personnes infectées en infectent 128. Rien que vendredi, quatre personnes sont mortes du coronavirus.

Capacités hospitalières

Le renoncement au ski, au snowboard et à la luge doit «avant tout contribuer à réduire le nombre d’accidents», souligne l’exécutif schwyzois. Les capacités hospitalières du canton, mais aussi de Zurich et de Lucerne sont «pratiquement épuisées».

Le département lucernois de la santé a reçu sept demandes d’autorisation d’exploitation ou de poursuite d’exploitation de domaines skiables. Ces demandes ne peuvent pas être approuvées dans la situation actuelle, souligne l’exécutif.

«À l’heure actuelle, les exigences fédérales essentielles ne sont pas remplies pour permettre ou maintenir l’exploitation des stations de ski». «Ce serait tout simplement irresponsable», a déclaré le conseiller d’État lucernois Guido Graf, cité dans le communiqué.

Éviter les graves accidents

La situation ne permet pas de «prendre le risque de graves accidents de sports d’hiver ou de nouvelles infections» qui pourraient alors impacter sur les capacités de soins intensifs, souligne l’exécutif. Seules les remontées mécaniques qui remplissent une fonction de transport public restent ouvertes.

La situation épidémiologique dans le canton de Lucerne est «alarmante», selon l’exécutif. En moyenne, 300 personnes sont infectées chaque jour et la tendance est à la hausse. Le taux de reproduction est de 1,23 (1,06 la semaine précédente). Il n’y a pratiquement plus de capacités disponibles dans les soins intensifs des hôpitaux. Depuis le 1er décembre, 54 personnes sont décédées à cause du coronavirus.

Les cas d’Andermatt et d’Engelberg

Aucune décision de fermeture n’est encore tombée pour les deux principaux domaines skiables de Suisse centrale, à Engelberg (OW) et Andermatt (UR). Les gouvernements obwaldiens et uranais ne se sont pas encore prononcés en ce sens.

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) appelle les cantons à «examiner avec soin» si les conditions sont remplies pour autoriser le fonctionnement des remontées mécaniques. Une autorisation ne peut être accordée «que si le canton ou la région dispose, entre autres, de capacités suffisantes pour traiter aussi bien des patientes et des patients atteints de Covid-19 que d’autres personnes».

Dans les Grisons, aucune décision n’a été prise vendredi. Le gouvernement cantonal doit se prononcer lundi.

(ATS/NXP)

Ton opinion