Actualisé 16.06.2019 à 05:20

Etats-Unis

Donald Trump s'en prend encore à Sadiq Khan

Le président américain a déclaré, via son compte Twitter, que le maire de Londres, Sadiq Khan, était «un désastre».

Donald Trump lors de son voyage en Angleterre le 3 juin dernier.

Donald Trump lors de son voyage en Angleterre le 3 juin dernier.

AFP

Le président américain Donald Trump s'en est une nouvelle fois pris samedi avec agressivité au maire de Londres Sadiq Khan. «Londres a besoin d'un nouveau maire dès que possible», a-t-il lancé, retweetant un message de Katie Hopkins sur la criminalité dans la ville.

Editorialiste habituée des virulentes polémiques, Katie Hopkins avait scandalisé l'opinion en 2015 en traitant les migrants de «cafards» dans les colonnes du tabloïd britannique «The Sun». M. «Khan est un désastre. Cela ne va qu'empirer!», a ajouté le républicain américain.

Les attaques du milliardaire new-yorkais contre le maire de Londres sont innombrables. La dernière en date remonte au début juin, lorsque, quelques minutes avant d'atterrir au Royaume-Uni pour une visite d'Etat de trois jours, il avait traité ce dernier de «'loser' total». La veille, M. Khan, premier maire musulman de Londres, avait estimé que son pays avait tort de «dérouler le tapis rouge» à Donald Trump. (nxp/ats)

Trump accuse le New York Times de «trahison» pour un article

Le président américain Donald Trump a accusé samedi le New York Times d'avoir commis «un acte virtuel de trahison» en publiant des informations selon lesquelles les Etats-Unis multiplient les intrusions numériques dans le réseau électrique russe. «Ces ratés du New York Times viennent de faire une histoire disant que les Etats-Unis augmentent substantiellement leurs cyberattaques contre la Russie. Ceci est un acte virtuel de trahison», a tweeté M. Trump. «AUSSI, C'EST FAUX!» s'est-il emporté, en traitant le quotidien new-yorkais de «corrompu» et en répétant ses accusations selon lesquelles les journalistes sont «les ennemis du peuple». Le journal a rapporté samedi que le gouvernement américain a multiplié les intrusions informatiques au sein du réseau électrique et d'autres cibles en Russie pour adresser un avertissement à Moscou, soupçonné de faire de même aux Etats-Unis, et pour préparer une éventuelle cyberattaque en cas de conflit majeur entre les deux pays. Selon les responsables américains cités par le journal, M. Trump n'a pas été mis au courant dans le détail de ces opérations

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!