Actualisé 05.05.2017 à 07:54

DiplomatieDonald Trump se réconcilie avec l'Australie

Le président américain a reçu à New York jeudi le Premier ministre australien Malcolm Turnbull.

1 / 150
Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

AFP
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

AFP
Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI  de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

AFP

Donald Trump a scellé sa réconciliation avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull en réaffirmant l'alliance et la «formidable amitié» américano-australienne jeudi à New York, où le président américain revenait pour la première fois depuis son investiture.

Trump et Turnbull se sont retrouvés pour un dîner sur l'USS Intrepid, un porte-avions de la Seconde guerre mondiale transformé en musée à l'ouest de Manhattan. Les deux dirigeants, tous deux en smoking, y ont marqué le 75e anniversaire d'une bataille maritime que leur deux pays remportèrent ensemble face au Japon, et célébré une alliance brièvement secouée fin janvier: un coup de fil entre les deux hommes s'était abruptement terminé lorsque Trump avait appris que son prédécesseur Barack Obama s'était engagé à accueillir plus d'un millier de réfugiés maintenus par l'Australie dans des camps offshore controversés.

Interpellé jeudi soir sur cette histoire par un journaliste, Trump a assuré que «tout était réglé». «Tout ça est réglé depuis longtemps», a-t-il déclaré. «C'était un très bon coup de téléphone. Vous avez exagéré cet appel. C'était une grosse exagération, on n'est pas des bébés», a-t-il ajouté. «Tout ça était un peu de la fausse information», a ajouté le président américain. Et Turnbull d'acquiescer: «c'est tout à fait vrai».

Trump veut tourner la page

Un peu plus tard, lors du dîner sur le porte-avions auquel participaient les épouses des dirigeants, Melania Trump et Lucy Turnbull, ainsi que des militaires et anciens combattants des deux pays, Trump a reconnu avoir été «un peu énervé» lors de cet appel. Mais il a clairement voulu tourner la page jeudi, réaffirmant «la formidable amitié entre les Etats-Unis et l'Australie».

«Les Américains n'ont pas de meilleurs amis que les Australiens», a-t-il encore déclaré lors de ce dîner auquel participaient aussi le secrétaire d'Etat Rex Tillerson et le magnat australien des médias Rupert Murdoch.

Trump a rappelé que les armées des deux pays avaient combattu ensemble «depuis les plages de Normandie aux jungles du Vietnam et aux déserts du Moyen-Orient», soulignant leur engagement commun face au terrorisme et à l'organisation Etat islamique. «Aujourd'hui et ensemble, nous condamnons et résistons aux provocations de la Corée du Nord. Nous combattons ensemble en Irak et en Afghanistan pour battre et détruire les terroristes qui menacent notre style de vie», a déclaré pour sa part Malcolm Turnbull.

Une victoire qui fait jubiler le président américain

Trump était arrivé à Manhattan peu avant 19 heures (23H00 GMT), beaucoup plus tard qu'initialement prévu, après avoir pris le temps de célébrer sa première victoire au Congrès: la Chambre des représentants a adopté de justesse un texte remplaçant la loi emblématique de Barack Obama sur la santé, dite «Obamacare».

Même si le texte doit encore passer par le Sénat où il risque d'être profondément remanié, ce vote marque une victoire pour le président qui avait fait de l'abrogation d'Obamacare une promesse-clé de sa campagne. «Je pense qu'on arrivera» à faire passer le texte au Sénat, a-t-il assuré à New York. «Il changera peut-être un peu, il pourrait même être amélioré».

Le retour du milliardaire à New York --où il avait toujours vécu et mené ses affaires jusqu'à son élection-- devait durer quelques heures à peine. Il devait partir dans la soirée passer le week-end dans son club de golf de Bedminster, à environ 80 km de New York. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!