Décès de Fidel Castro: Donald Trump, un petit tweet et c'est tout
Actualisé

Décès de Fidel CastroDonald Trump, un petit tweet et c'est tout

Le président élu américain a choisi Twitter pour sa première réaction à la mort de Fidel Castro.

1 / 32
Le 6 février 1959, Fidel Castro s'adresse à la foule après la chute du régime Batista. Lancée en août de l'année précédente, l'offensive générale se soldera par l'effondrement du régime de Batista le 1er janvier 1959. Le 8 janvier, entouré de ses «barbudos» - son frère Raul, «Che» Guevara, le charismatique Camilo Cienfuegos -, Fidel Castro fait une entrée triomphale à La Havane.

Le 6 février 1959, Fidel Castro s'adresse à la foule après la chute du régime Batista. Lancée en août de l'année précédente, l'offensive générale se soldera par l'effondrement du régime de Batista le 1er janvier 1959. Le 8 janvier, entouré de ses «barbudos» - son frère Raul, «Che» Guevara, le charismatique Camilo Cienfuegos -, Fidel Castro fait une entrée triomphale à La Havane.

AP
Le père de la Révolution cubaine est décédé vendredi soir à La Havane à l'âge de 90 ans. Symbolisant les espoirs du Tiers-Monde et des mouvements de libération au début de sa Révolution en 1959, le «Barbudo» en treillis vert olive s'était  peu à peu transformé en dirigeant autoritaire et dogmatique, refusant toute libéralisation et mettant au pas toute opposition.

Le père de la Révolution cubaine est décédé vendredi soir à La Havane à l'âge de 90 ans. Symbolisant les espoirs du Tiers-Monde et des mouvements de libération au début de sa Révolution en 1959, le «Barbudo» en treillis vert olive s'était peu à peu transformé en dirigeant autoritaire et dogmatique, refusant toute libéralisation et mettant au pas toute opposition.

AFP/-
Dès le coup d'État du général Fulgencio Batista en 1952, il organise la lutte armée avec son frère Raul. Le 26 juillet 1953, il tente d'attaquer la caserne Moncada à Santiago de Cuba (est), mais échoue. Arrêté et condamné à 15 ans de prison, il est amnistié puis libéré deux ans plus tard.

Dès le coup d'État du général Fulgencio Batista en 1952, il organise la lutte armée avec son frère Raul. Le 26 juillet 1953, il tente d'attaquer la caserne Moncada à Santiago de Cuba (est), mais échoue. Arrêté et condamné à 15 ans de prison, il est amnistié puis libéré deux ans plus tard.

AP

Un Tweet et puis c'est tout. Donald Trump a choisi sa plateforme favorite pour sa première réaction à la mort du père de la Révolution cubaine, sans évoquer dans un premier temps ses réserves face au réchauffement historique des relations entre Washington et La Havane.

«Fidel Castro est mort!» a-t-il écrit laconique sur le réseau social, sa plateforme de communication favorite, peu après 08H00 locales en Floride (14H00 GMT), où il passe en famille le week-end prolongé de Thanksgiving.

Pas de réaction de la Maison-Blanche

La Maison-Blanche n'avait pas encore réagi au décès vendredi soir à 90 ans de Fidel Castro.

Cuba est engagée dans un dégel historique avec les Etats-Unis depuis fin 2014, mais Donald Trump a affiché des réserves sur ce rapprochement, affirmant qu'il ferait «tout pour obtenir un accord solide» avec La Havane.

Le magnat de l'immobilier, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a également déclaré qu'il était pour l'instant opposé à la suppression de l'embargo financier et commercial imposé à l'île depuis 1962. Sa levée dépend du Congrès qui, contrôlé par les Républicains, y est opposé.

Ordonnances présidentielles

«Toutes les concessions que Barack Obama a faites au régime de Castro l'ont été à travers des ordonnances présidentielles, ce qui signifie que le prochain président peut revenir dessus et je le ferai sauf si le régime de Castro répond à nos demandes, pas mes demandes, nos demandes», avait déclaré Donald Trump en septembre lors d'un discours de campagne, avant l'élection du 8 novembre qui lui a donné la victoire.

«Vous savez ce que sont ces demandes. Ces demandes porteront sur les libertés religieuses et politiques pour le peuple cubain et la libération des prisonniers politiques», avait ajouté le républicain. (afp)

Ton opinion