Actualisé 23.12.2016 à 11:22

RussieDopage: 28 athlètes dans le viseur du CIO

Vingt-huit sportifs russes ayant participé aux JO d'hiver de Sotchi font l'objet d'une procédure pour des soupçons de dopage.

1 / 11
La Russie au centre des soupçons. Vingt-huit de ses athlètes ayant participé aux JO de Sotchi en 2016 dont l'objet d'une procédure disciplinaire ouverte par le CIO. (Vendredi 23 décembre 2016)

La Russie au centre des soupçons. Vingt-huit de ses athlètes ayant participé aux JO de Sotchi en 2016 dont l'objet d'une procédure disciplinaire ouverte par le CIO. (Vendredi 23 décembre 2016)

Keystone
Dario Cologna a conquis l'or du skiathlon 30 km ainsi que du 15 km en classique. Magistral.

Dario Cologna a conquis l'or du skiathlon 30 km ainsi que du 15 km en classique. Magistral.

Keystone
Le Suisse Iouri Podladtchikov, surnommé «Ipod» a réussi à détrôner l'icône Shaun White.

Le Suisse Iouri Podladtchikov, surnommé «Ipod» a réussi à détrôner l'icône Shaun White.

Keystone

Ils sont 28 à être soupçonnés de dopage. Vingt-huit sportifs russes qui ont participé aux JO d'hiver de Sotchi en 2014 et qui font aujourd'hui l'objet d'une procédure disciplinaire ouverte par le Comité international olympique (CIO), a annoncé ce dernier vendredi.

Cette procédure a été ouverte à la lumière des révélations du second volet du rapport McLaren sur le dopage en Russie, publié le 9 décembre. Comme son premier volet, ce document dénonce l'existence d'un système de dopage d'Etat, ce que la Russie conteste.

Les 28 sportifs concernés sont ceux pour lesquels «il existe des preuves de manipulation d'un ou plusieurs échantillons d'urine prélevés lors des JO d'hiver de Sotchi 2014, comme détaillé dans le rapport», a précisé le CIO dans un communiqué.

Le juriste canadien Richard McLaren a enquêté sur 95 prélèvements effectués sur des athlètes russes et ses investigations ont révélé la manipulation d'échantillons chez les 28 athlètes en question, dont le CIO ne donne pas la liste.

Leurs échantillons ont été renvoyés au laboratoire antidopage de Lausanne et une réanalyse est en cours pour trouver d'éventuels résultats anormaux, ajoute l'instance suprême de l'olympisme. «Pour l'instant, ces 28 nouveaux cas ne montrent pas de résultats d'analyse anormaux, comme un contrôle de dopage positif. Cependant, la manipulation des échantillons pourrait constituer une violation des règles antidopage et entraîner des sanctions», précise le CIO.

La version finale du rapport McLaren décrit en des termes accablants le système de dopage en Russie, qui n'en finit plus de jeter le discrédit sur les résultats des JO d'hiver comme d'été.

«Une conspiration institutionnelle»

Le rapport pointe l'existence d'«une conspiration institutionnelle» mise en place avec la participation du ministère des Sports, de l'agence russe antidopage (Rusada) et du laboratoire antidopage de Moscou aux côtés du FSB (services secrets), le tout au bénéfice de plus de 1000 athlètes dans 30 sports. La Russie nie ces accusations.

Dans la foulée de cette publication, le CIO avait annoncé la réanalyse des 254 échantillons urinaires collectés auprès des sportifs russes lors des JO de Sotchi.

«Vingt-sept athlètes russes ont été sanctionnés jusqu'ici par le CIO dans le cadre de la réanalyse des échantillons prélevés lors des JO de Pékin 2008 et Londres 2012, qui a été lancée avant les jeux Olympiques de Rio 2016 et qui se poursuit à l'heure actuelle», rappelle le CIO.

Les athlètes russes de Vancouver également sous la loupe

«Par ailleurs, le CIO analysera à nouveau tous les échantillons prélevés sur les athlètes russes ayant participé aux JO d'hiver de Vancouver 2010», poursuit-il.

Les soupçons qui visent les Russes touchent de nombreux sports. Jeudi, la Russie a dû renoncer à organiser l'étape de Coupe du monde de biathlon qu'elle devait accueillir en mars: plusieurs fédérations la menaçaient en effet de boycott après les révélations de 31 cas de dopage parmi les biathlètes russes dans la foulée du rapport McLaren. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!