Actualisé 01.04.2008 à 12:52

Dopage: l'échantillon de Di Luca était bien anormal

Le directeur du laboratoire antidopage de Rome, Francesco Botre, a confirmé mardi devant le comité olympique italien que les analyses du prélèvement douteux de Danilo Di Luca durant le dernier Giro avaient bien révélé un résultat anormal.

Le coureur italien est ainsi soupçonné d'avoir reçu une perfusion illégale. Les juges ont toutefois refusé de se prononcer et ont demandé une nouvelle expertise. Cette dernier sera menée par trois médecins qui devront rendre leur rapport d'ici dix jours. Une nouvelle audience se tiendra le 16 avril au CONI.

"Le contrôle pratiqué le 30 mai 2007 après la 17e étape du Tour d'Italie peut être considéré comme anormal car il était clairement différent des autres échantillons", a indiqué M. Botre. Le scientifique s'exprimait devant le juge de dernière instance en matière de dopage du CONI, qui doit trancher sur la peine à infliger au vainqueur du dernier Giro.

Le 30 mai dernier, à l'issue d'une étape de montagne particulièrement ardue, le CONI avait fait procéder en soirée à des contrôles inopinés sur plusieurs coureurs italiens dans leurs hôtels. Les analyses de Di Luca avaient révélé des valeurs hormonales anormalement basses, équivalentes à celles d'un enfant, avait relevé la presse, laissant penser que le coureur aurait reçu après l'étape une perfusion d'eau ou de sérum physiologique ce que l'intéressé avait nié. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!