Russie: Dopage: le Kremlin vole au secours de Poutine
Actualisé

RussieDopage: le Kremlin vole au secours de Poutine

L'ancien haut responsable de l'antidopage accusait la veille le président russe d'avoir joué un rôle crucial dans le dopage de ses athlètes.

1 / 102
Exclusion des Jeux olympiques, Euro 2020 en suspens: un comité indépendant de l'AMA  a préconisé lundi de très lourdes sanctions contre la Russie, soupçonnée d'avoir falsifié des données transmises aux enquêteurs de l'AMA. (25 novembre 2019)

Exclusion des Jeux olympiques, Euro 2020 en suspens: un comité indépendant de l'AMA a préconisé lundi de très lourdes sanctions contre la Russie, soupçonnée d'avoir falsifié des données transmises aux enquêteurs de l'AMA. (25 novembre 2019)

AFP
Accusée de compromission avec Moscou, l'Agence mondiale antidopage (AMA) est la cible de critiques venues de toutes parts. (Mercredi 19 septembre 2019)

Accusée de compromission avec Moscou, l'Agence mondiale antidopage (AMA) est la cible de critiques venues de toutes parts. (Mercredi 19 septembre 2019)

AFP
L'Agence mondiale antidopage est sous le feu des critiques au sujet d'une possible levée de la suspension de la Russie. (Samedi 15 septembre 2018)

L'Agence mondiale antidopage est sous le feu des critiques au sujet d'une possible levée de la suspension de la Russie. (Samedi 15 septembre 2018)

AFP

Le Kremlin a qualifié mardi de «diffamation» les déclarations de l'ex-haut responsable de l'antidopage russe Grigori Rodtchenkov, qui a accusé Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux JO.

«C'est une nouvelle diffamation qui ne se base sur aucune preuve», a assuré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, alors que la Russie est engluée dans un scandale de dopage organisé qui a notamment abouti à sa suspension des jeux Olympiques d'hiver 2018 de Pyeongchang.

«M. Rodtchenkov est recherché (par la Russie, ndlr), il est visé ici par une enquête», a rappelé Dmitri Peskov. «C'est une personnalité tout à fait odieuse qui a des problèmes avec la loi (...) et ne peut évidemment pas être perçue comme une source d'information qui mérite une confiance quelconque», a-t-il souligné.

Dans un entretien diffusé lundi soir sur la chaîne allemande ARD, Grigori Rodtchenkov a affirmé que «seul le président peut donner une telle mission aux services de sécurité, le FSB». L'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, devenu lanceur d'alertes réfugié aux Etats-Unis, évoquait le système de dopage organisé mis en place en Russie et couvert selon lui par les services spéciaux.

En 2016, le rapport McLaren commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA) a révélé l'organisation en Russie de ce système institutionnalisé de dopage, notamment lors des Jeux olympiques d'hiver 2014 à Sotchi.

Moscou a toujours réfuté la dimension institutionnelle du système de dopage. En décembre, les services d'enquête russes ont même accusé Grigori Rodtchenkov d'avoir dopé personnellement les sportifs russes et d'avoir «manipulé» les tests. Aucune enquête de l'AMA n'a conclu jusqu'ici à la responsabilité du président russe. (nxp/ats/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion