Doris Leuthard réaffirme la position de la Suisse sur Doha
Actualisé

Doris Leuthard réaffirme la position de la Suisse sur Doha

Doris Leuthard aborde avec optimisme la conférence ministérielle de l'OMC visant à conclure le cycle de Doha qui s'ouvrira lundi à Genève.

La ministre de l'économie compte en repartir avec des résultats dans plusieurs dossiers clés pour la Suisse.

A la veille de la conférence, la conseillère fédérale a réaffirmé devant les médias à Genève toute l'importance que la Suisse accorde à l'aboutissement du cycle de Doha. Elle a promis de se battre sur chaque point important et se refuse à envisager un échec: «Nous sommes optimistes et pragmatiques, et nous voulons un résultat».

La ministre a rappelé la ligne défendue par la Confédération. «Lors des négociations, je vais m'engager pour un résultat ne se limitant pas aux dossiers de l'agriculture et des biens industriels. Pour la Suisse, les volets portant sur les services et les indications géographiques en particulier sont aussi très importants.»

Paiements directs défendus

Dans le dossier agricole, Doris Leuthard a souligné que la Suisse a déjà fait plusieurs concessions aux pays exportateurs, notamment en décidant de supprimer les subventions à l'exportation dès l'an prochain. La Suisse ne compte pas plier sur d'autres points, touchant aux tarifs agricoles, aux produits sensibles et aux paiements directs aux producteurs.

Concernant les services, Berne compte obtenir des engagements concrets pour un plus large accès aux marchés. La ministre veut spécialement obtenir de ses pairs une ouverture des marchés pour les services financiers et les services logistiques.

Large coalition

Avec l'Union européenne, l'Inde et le Brésil, la Suisse a formé une coalition regroupant plus de 100 pays qui veut étendre la protection des indications géographiques (GI). Pour l'instant, seuls les vins et les spiritueux bénéficient de ces GI.

Une trentaine de ministres représentant les grandes puissances commerciales prendront part à la réunion qui débute lundi à Genève et devrait durer au moins jusqu'à vendredi. Convoquée par le directeur de l'OMC Pascal Lamy, cette conférence doit permettre de débloquer les négociations du cycle de Doha portant sur la libéralisation du commerce mondial.

(ats)

Ton opinion