Doris Leuthard s'intéresse aux bio-carburants
Actualisé

Doris Leuthard s'intéresse aux bio-carburants

Doris Leuthard s'est initiée à la production de bio-carburants mercredi au second jour de son voyage au Brésil, en visitant une important site de production d'éthanol près de Sao Paulo.

«Le thème des bio-carburants est très intéressant. On se concentre actuellement en Suisse sur la question de l'électricité, mais ce type d'énergie ne concerne qu'un quart de notre consommation d'énergie», a dit la cheffe du Département fédéral de l'économie (DFE).

«Le bio-carburants sont une alternative au pétrole. Il faut également chercher des solutions pour le trafic motorisé en Suisse. Je veux étudier toutes les possibilités qui permettent de diminuer les quantité de CO2 rejetées dans l'atmosphère», a-t-elle poursuivi.

Mme Leuthard a eu l'occasion de voir la production de près. Elle a traversé des champs de canne à sucre s'étendant à perte de vue. Elle a visité l'usine de production d'éthanol de Costa Pinto, autonome énergétiquement (elle vend même une partie de sa production de courant qu'elle génère en produisant de l'alcool).

Brésil pionnier

Le Brésil est pionnier depuis les années 1930 dans la production de carburants verts. Dans le pays, cette industrie occupe plus d'un million de personnes et permet d'éviter des importations de pétrole pour un montant se chiffrant à 2,2 milliards de dollars par an.

Le bilan est totalement positif, d'autant que l'utilisation d'éthanol pour rouler réduit nettement les émissions des polluants provenant de la combustion des énergies fossiles. L'automobiliste local y trouve son compte, car l'éthanol lui est vendu moins cher que l'essence.

Le Brésil peut se permettre de transformer le sucre en alcool, car il est l'un des plus gros producteurs mondiaux de canne à sucre, avec l'Inde et l'Australie. Les Etats-Unis sont aujourd'hui eux aussi en train de privilégier ce type de carburants

Cinquante-cinq pour cent de la production brésilienne est transformée en alcool, le reste servant à faire du sucre. En 27 ans, l'éthanol utilisé comme carburant a permis d'économiser 55 milliards de dollars, a expliqué à Mme Leuthard Fernando Moreira Ribeiro, secrétaire général de l'Union agro-industrielle de la canne à sucre de Sao Paulo (Unica).

Des investissements conséquents

Cosan, l'entreprise sucrière visitée mercredi par la conseillère fédérale, compte plusieurs sites de production. Elle investit à tour de bras et à levé pas moins d'un milliard de dollars au cours des trois dernières années sur le marché obligataire.

La fabrique de Costa Pinto fait sortir chaque année 1,25 millions de litres d'éthanol de ses infrastrutcures. Elle traite 24 000 tonnes de canne à sucre.

Au niveau mondial, il se distille actuellement 35 milliards de litres d'éthanol par an, et les 60% de cette masse sont utilisés comme carburants. Le Brésil à lui seul produit 14,4 milliards de litres, mais il y a de fortes possibilités de croissance: &12% au moins au cours des deux prochaines années.

Mercredi après-midi, Mme Leuthard devait s'entretenir avec le gouverneur de l'Etat de Sao Paulo, mais le rendez-vous a finalement été annulé. Elle devait en revanche rencontrer le ministre brésilien des finances dans la soirée à Brasilia.

La cheffe du DFE effectue une visite de quatre jours au Brésil. Elle y mène une délégation d'une quinzaine de capitaines d'industrie suisse. (ats)

Ton opinion