Nigeria: Double attentat-suicide dans une mosquée
Actualisé

NigeriaDouble attentat-suicide dans une mosquée

Un double attentat a tué des dizaines de personnes dans une mosquée à Maiduguri, important foyer de Boko Haram.

Le 21 septembre dernier, la même localité, fief de Boko Haram, avait déjà été la cible d'explosions, visant toujours plus les civils.

Le 21 septembre dernier, la même localité, fief de Boko Haram, avait déjà été la cible d'explosions, visant toujours plus les civils.

Des dizaines de personnes ont été tuées jeudi soir dans une mosquée à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué des témoins, la police évoquant un bilan moindre. Deux assaillants ont déclenché successivement leurs bombes dans l'enceinte religieuse.

«Tous ceux qui étaient dans la mosquée sont morts. Il n'y a pas un seul survivant», a déclaré Muhtari Ahmadu, un commerçant se trouvant près du lieu de l'attentat. «Nous avons compté 42 cadavres à l'extérieur de la mosquée», a expliqué Amadu Marte, un des miliciens qui aident les forces armées à lutter contre les islamistes du groupe armé nigérian Boko Haram.

Effondrement de la mosquée

La police de l'Etat de Borno, dont Maiduguri est la capitale, a confirmé que la mosquée avait été frappée par deux attentats-suicide, mais a donné un bilan moins élevé de 14 morts. Après les explosions, la mosquée s'est effondrée et «de nombreuses personnes en train de prier» ont été blessées, a précisé la police dans un communiqué.

Les explosions ont eu lieu vers 18h30 locales (19h30 heure suisse) alors que les fidèles faisaient leur prière du soir dans cette mosquée d'une banlieue ouest de Maiduguri, important foyer des islamistes de Boko Haram. Le groupe a intensifié ses attaques contre des cibles civiles au cours des derniers mois en utilisant des kamikazes et des bombes artisanales.

Détonations successives

D'après le récit des témoins, le premier kamikaze a déclenché ses explosifs en entrant dans la mosquée. Le second s'est fait exploser peu après, une fois que de nombreuses personnes eurent accouru pour prêter secours aux victimes.

Lorsque ces personnes sont arrivées, «le second s'est fait exploser, tuant nombre d'entre elles», a décrit Amadu Marte. Les deux assaillants étaient déguisés en fidèles, ont ajouté des témoins.

«La mosquée peut accueillir largement une quarantaine de personnes, mais on ne sait pas combien se trouvaient à l'intérieur au moment de l'attaque», a précisé Muhtari Ahmadu.

Attentat non revendiqué

Le double attentat n'a pas été revendiqué pour le moment, mais Boko Haram est suspecté d'avoir une nouvelle fois frappé Maiduguri, visée par de multiples attaques depuis le déclenchement de l'insurrection en 2009.

Au moins quatre personnes avaient déjà été tuées dans trois attentats-suicide commis quasi simultanément mardi soir à Maiduguri, dans le quartier d'Ajilari Cross, cible d'attaques similaires à deux reprises ces dernières semaines, dont celle du 20 septembre qui avait fait au moins 117 morts. L'insurrection de Boko Haram a fait quelque 17'000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion