Double mandat de Brélaz: les chiffres qui fâchent
Actualisé

Double mandat de Brélaz: les chiffres qui fâchent

La gauche estime que le syndic ne
doit pas réinvestir dans son intérêt les indemnités qu'il rétrocède à la Ville de Lausanne.

24 000 fr. chacun: c'est ce que le syndic Daniel Brélaz et son municipal des Travaux Olivier Français ont promis de verser à la Ville pour payer le 30% du salaire d'un employé communal, afin qu'il les assiste à Berne dans le cadre de leur double mandat. Le hic c'est que selon le règlement municipal, cette somme, qui correspond à ce que les deux hommes touchent de la Confédération au titre d'indemnité pour «la préparation des travaux parlementaires», doit de toute façon être rétrocédée à la caisse communale. Une sorte de compensation.

Pour la socialiste Solange Peters, auteur d'une interpellation urgente, il n'y a pas d'interprétation possible: «Ces montants sont à la Commune et n'ont pas à être investis dans l'intérêt des deux parlementaires. Du moins pas sans une discussion.» Une façon de faire qui agace d'autant plus la gauche que depuis 2002 les conseillers nationaux touchent encore 30 000 fr. pour «les dépenses de personnel et de matériel».

Le Conseil communal de demain s'annonce donc mouvementé pour les deux hommes qui doivent déjà s'expliquer sur le fond de leur démarche. Ils ont en effet été critiqués au sein de leur exécutif sur le fait de vouloir confier des tâches d'attaché parlementaire à un fonctionnaire. La directrice de la Culture se dit «scandalisée». Une crise qui a poussé la Municipalité à ne plus communiquer sur le sujet.

Julian Pidoux

Quelques indemnités des parlementaires

24 000 fr.: indemnité annuelle versée au titre de la préparation des travaux parlementaires.

400 fr.: indemnité journalière lors des séances du Conseil national (une cinquantaine de jours par année).

30 000 fr.: contribution annuelle aux dépenses de personnel et de matériel.

3880 fr.: les parlementaires ont le choix entre un abonnement général en première classe ou une indemnité forfaitaire annuelle pour leurs déplacements.

Ton opinion