Gymnastique artistique: Doublé suisse à la barre fixe avec Brägger et Hegi
Actualisé

Gymnastique artistiqueDoublé suisse à la barre fixe avec Brägger et Hegi

Les deux Suisses ont remporté l'or et l'argent à la barre fixe aux Championnats d'Europe à Cluj, en Roumanie. Une première pour la gym suisse.

Grande première pour la gymnastique suisse: Pablo Brägger et Oliver Hegi ont signé un doublé mémorable lors de la finale de la barre fixe, considérée comme l'appareil roi, aux Championnats d'Europe de Cluj-Napoca (ROU).

Plusieurs fois par le passé, cet engin avait causé la perte des Helvètes alors qu'ils se trouvaient en situation favorable. Cette fois, les nerfs ont tenu. Devant une salle comble, les Suisses ont fait le show et confirmé leurs excellentes impressions laissées cette semaine.

Par rapport aux qualifications, Brägger (24 ans) avait choisi d'élever le coefficient de difficulté de son exercice. Il a été récompensé par 14,933 points. Oliver Hegi a également réussi une prestation sans tache (14,500 points), de quoi permettre au duo de devancer le Russe David Beliavski, en bronze.

Pablo Brägger est le cinquième Suisse sacré champion d'Europe. Le Saint-Gallois avait été précédé par Jack Günthard, Ernst Fivian, Daniel Giubellini et Donghua Li. Il s'agit de sa deuxième médaille à ce niveau après le bronze obtenu en 2015 à Montpellier. Pour Oliver Hegi, ce podium est une première en individuel.

Ainsi donc, même en l'absence de la reine Giulia Steingruber, opérée à un pied en janvier et forfait pour ces joutes, la gymnastique helvétique peut arborer un grand sourire. Les hommes ont fait mieux que l'an dernier lors de l'Euro à domicile, à Berne (bronze par équipes et pour Christian Baumann au cheval d'arçons).

Doublé historique

Il s'agit d'un doublé historique pour les hommes. Une fois par le passé, les Suisses avaient gagné deux titres aux Européens, en 1957 à Paris, mais à deux engins différents, grâce à Jack Günthard. Soixante ans après ce dernier, Brägger est devenu le deuxième Suisse à remporter l'or à la barre fixe.

«Il est temps cette fois qu'on y arrive», avait déclaré la veille de la finale le chef du sport d'élite Felix Stingelin, en se rappelant de quelques déboires passés. Dont celui de l'Euro 2015 à Montpellier, lorsque Brägger, sorti premier des qualifications, a ensuite chuté en finale et dû se contenter du bronze. Idem l'an passé, à Berne, où une grossière erreur l'a privé de médaille à son engin de prédilection.

La réaction du gymnaste polyglotte n'en est que d'autant plus belle. Sa recette était de tempérer les attentes le plus possible, de rejeter la pression. Celle-ci, du coup, s'était déplacée sur Hegi, qui avait dominé à la barre fixe à la fois en qualifications et lors de la finale du concours général. L'Argovien, dimanche, a mal commencé sa journée, chutant deux fois lors de la finale des barres parallèles (8e). C'était deux heures avant sa magnifique médaille d'argent à la barre fixe...

Cette journée a encore été embellie, dans le camp helvétique, par la 5e place de l'espoir zurichois Eddy Yusof (22 ans) aux barres parallèles (victoire de l'Ukrainien Oleg Vernyayev). La densité de la gym helvétique masculine n'a jamais paru aussi forte. Et désormais, ce sont les Suissesses qui sont dans l'ombre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion