FIFAgate: Doute sur l'existence de la note censée sauver Platini
Actualisé

FIFAgateDoute sur l'existence de la note censée sauver Platini

L'ancien secrétaire général de l'UEFA a mis en doute lundi l'existence d'une note interne datant de 1998 qui doit innocenter Michel Platini. Par ailleurs, le TAS décidera d'ici «vendredi» de lever ou non sa suspension provisoire de 90 jours.

La note interne révélée par l'hebdomadaire français fait état d'un travail salarié de Michel Platini à la FIFA.

«Platini n'était pas un membre du comité exécutif de l'UEFA à l'époque, alors pourquoi l'UEFA aurait-elle voulu s'intéresser à ses affaires privées?», a plaidé l'ancien secrétaire général de l'UEFA Gerhard Aigner - âgé de 72 ans - auprès de l'agence SID, une filiale de l'AFP. «Je ne peux pas imaginer qu'il ait jamais existé un tel document.»

Aigner fait pourtant partie des noms cités par le JDD comme étant ceux qui assistent à un comité exécutif de l'UEFA à Stockholm, en Suède, le 12 novembre 1998, et à l'occasion duquel est distribué cette note «qui ressemble à une des notes d'un service de renseignements», écrit l'hebdomadaire.

Un million de francs suisses

Dans ce document est indiqué que Joseph Blatter «a déjà annoncé que Platini deviendrait le futur directeur des sports de la FIFA. Platini deviendrait donc impliqué dans la FIFA». Y est également écrit, selon le JDD, qu'«on entend parler d'un salaire d'un million de francs suisses».

«Ce document est la preuve écrite d'un contrat oral, a exposé l'avocat de Michel Platini, Me Thibaud d'Alès. Ce document confirme non seulement l'existence d'un contrat de travail entre Michel Platini et la FIFA en 1998, mais aussi son montant».

«Cela démontre que ce contrat n'avait aucun caractère occulte et qu'il était connu de plusieurs membres du comité exécutif de l'UEFA et plusieurs membres du comité exécutif de la FIFA dès 1998», poursuit le conseil de l'ex-triple Ballon d'Or, menacé de bannissement à vie sur la base d'un rapport d'enquête interne à la FIFA.

Décision du TAS vendredi

Le Tribunal arbitral du sport décidera d'ici «vendredi au plus tard» de lever ou non la suspension provisoire de 90 jours de toute activité liée au football infligée à Michel Platini, a indiqué lundi le TAS, juridiction indépendante suprême du sport, dans un communiqué. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion