Espace: Dragon réussit les premiers tests
Actualisé

EspaceDragon réussit les premiers tests

La capsule Dragon de la société américaine SpaceX, lancée mardi de Floride, a réussi en orbite une première série de tests en vue de s'amarrer la Station spatiale internationale (ISS) vendredi.

«Jusqu'alors tout se passe comme prévu», a dit à l'AFP Kelly Humphries, un porte-parole du Johnson Space Center de Houston (Texas, sud), où se trouve le centre de contrôle de l'ISS.

«Ils ont exécuté ce qui était prévu jusqu'à maintenant dans le vol de démonstration, notamment les tests de navigation avec le système de positionnement par satellite (GPS), d'annulation de la procédure d'amarrage et ils ont vérifié la capacité pour la capsule de flotter librement dans l'espace, qui est importante pour que le bras robotisé de la Station puisse la saisir», a-t-il précisé, évoquant «l'optimisme» prévalant au centre de contrôle de Houston.

Jeudi, Dragon, un vaisseau non habité de six tonnes, doit faire une répétition de la procédure d'appoche de l'ISS en effectuant un vol au plus près à 2,5 km de la Station avant de s'en éloigner, a rappelé ce porte-parole.

Les responsables de la mission à la Nasa doivent se retrouver jeudi soir (01H00 GMT vendredi) pour donner ou non le feu vert à la procédure d'amarrage qui en cas de décision favorable débutera peu après pour placer Dragon à 250 mètres de l'ISS à 09H28 GMT vendredi.

Si tout va bien, la capsule continuera de s'approcher pour être saisie à 12H06 GMT par le bras robotisé de l'ISS manoeuvré par deux des six astronautes présents à bord.

Lancement lundi

SpaceX avait lancé Dragon avec sa fusée Falcon 9 de la base aérienne de Cap Canaveral, près du Centre Spatial Kennedy (Floride, sud-est), à 03H44 (07H44 GMT) mardi pour le premier vol d'un vaisseau privé vers l'ISS.

Si Dragon réussit son amarrage à l'avant-poste orbital, ce sera un moment historique marquant le début d'une nouvelle ère dans le transport orbital où les sociétés privées joueront un rôle grandissant.

Le monde «est à l'aube d'une nouvelle ère dans l'exploration spatiale dans laquelle les sociétés privées auront un rôle beaucoup plus grand», avait dit à la presse après le lancement Elon Musk, 40 ans, fondateur et patron milliardaire de SpaceX.

La Nasa mise sur le succès de SpaceX car elle compte sur le secteur privé pour prendre la relève de la navette spatiale dont la dernière a volé en juillet 2011, et ravitailler dès 2012 et à moindre coût l'ISS avant d'y transporter des astronautes vers 2015. (afp)

Ton opinion