Quatre morts en Argovie: Drame à Buchs: «Un cas très inhabituel»
Publié

Quatre morts en ArgovieDrame à Buchs: «Un cas très inhabituel»

Un papa a tué ses 3 enfants avant de se donner la mort, lundi, dans la commune argovienne.

1 / 5
Le meurtrier présumé est le père. Il est âgé de 37 ans.

Le meurtrier présumé est le père. Il est âgé de 37 ans.

Les enfants avaient 3, 11 et 13 ans.

Les enfants avaient 3, 11 et 13 ans.

Le trentenaire était fan de voitures de sport.

Le trentenaire était fan de voitures de sport.

Quatre personnes ont été retrouvées sans vie dans une maison de Buchs (AG), au milieu d’un quartier résidentiel situé près de la gare. Il s’agit d’un homme et de ses trois enfants. Le chien de la famille a également été retrouvé mort. C’est la mère du petit dernier qui a appelé la police en rentrant à la maison après son travail.

Sur la base des premiers éléments de l’enquête, le meurtrier présumé est le père. Il est âgé de 37 ans. Les enfants avaient 3, 11 et 13 ans, a indiqué la police. Elle ne donne aucune information sur le motif ni sur le déroulement du crime. Une autopsie a été ordonnée pour clarifier la cause des décès.

Un mode opératoire plutôt féminin…

Un médecin légiste explique à 20 Minuten qu’il est très surpris par ce drame qualifié de «très inhabituel». Pour au moins deux raisons: «Premièrement, les hommes emportent généralement leur femme avec eux lorsqu'ils agissent de la sorte». La deuxième raison tient plutôt du mode opératoire. «Dans ce genre de cas, la plupart du temps, l’homme utilise une arme», explique le médecin-chef du centre psychiatrique de Bâle-Campagne. Il pense que l’homme a eu recours à des médicaments pour tuer sa famille, ce qui s’apparente davantage à un procédé féminin.

Le Ministère public a ouvert une procédure. Selon les renseignements recueillis par nos collègues alémaniques, le papa travaillait dans le domaine médical. D’après les habitants du quartier, il était divorcé. Les enfants vivaient avec lui et, le week-end, ils étaient chez leur mère, qui habite un village voisin. La maman du plus jeune des enfants serait la compagne actuelle du trentenaire.

Un jeune de 12 ans habitant le quartier connaissait bien le fils aîné, qu’il côtoyait à l’école. «Nous nous sommes toujours bien entendus», confie-t-il en le décrivant comme un garçon heureux et joyeux. Pendant la pause, tous deux parlaient de jeux vidéo. Jamais il n’a été fait mention de désaccords ou de problème au sein de la famille.

Un homicide similaire avait eu lieu dans le canton d’Argovie en février 2018, à Spreitenbach. Un Suisse âgé de 77 ans avait tué sa femme de 55ans et son petit-fils de 4 ans avant de se suicider.

(ats/jbm/cga)

Ton opinion