Vaud/Fribourg: Drame de Tatroz: un papa en deuil prié de s'en aller
Actualisé

Vaud/FribourgDrame de Tatroz: un papa en deuil prié de s'en aller

Clandestin, le père de l'une des six victimes de l'accident d'avion de 2012 n'aura finalement pas le droit de s'installer en Suisse.

par
Christian Humbert

Il voulait rester dans le pays pour se recueillir sur la tombe de sa fille. La justice vaudoise en a décidé autrement. Le 10 octobre dernier, le Tribunal cantonal a refusé d'octroyer un permis de séjour au père chilien de l'une des six victimes du terrible accident d'avion de Tatroz, qui avait ému la Suisse entière en avril 2012. «La Cour ne doute pas de la douleur du recourant, mais ce seul fait ne constitue pas un lien suffisant» pour l'autoriser à rester, a-t-elle tranché. Désormais considéré comme un touriste, il est tenu de quitter le pays prochainement.

A 59 ans, l'homme se trouve en situation irrégulière en Suisse depuis 2009. Auparavant, il y avait déjà séjourné de 1982 à 1997, grâce à un permis humanitaire. C'est là qu'il avait fondé sa famille, avant de tout plaquer et partir pour l'Espagne. Aujourd'hui, il aimerait pouvoir travailler dans le canton de Vaud, et surtout «pouvoir se rendre le plus possible sur la tombe de sa fille», explique-t-il. Mais l'argument n'a pas fait mouche. Divorcé, le Chilien ne peut pas invoquer le regroupement familial. «Ce n'est pas comparable au cas d'un veuf», notent les juges, en relevant au passage que le Chilien a un deuxième enfant en Suisse dont il ne parle pas.

Au niveau du crash, l'enquête pénale n'est pas encore bouclée. Le Ministère public attend un nouveau rapport technique. Pour rappel, le 28 avril 2012, un monomoteur parti de Lausanne s'était écrasé peu après, non loin de Châtel-Saint-Denis (FR), laissant cinq orphelins.

Ton opinion