Drame du Grand-Pont: le chauffard reste interné
Actualisé

Drame du Grand-Pont: le chauffard reste interné

Le Tribunal correctionnel de Lausanne a confirmé mercredi la mesure d'internement prononcée en novembre 2005 contre le chauffard du Grand-Pont.

Le jugement est conforme aux réquisitions du Ministère public.

En juillet 2003, l'ancien coureur de fond algérien de 41 ans avait tué trois personnes et blessé sept autres sur le trottoir du Grand-Pont à Lausanne. Il avait d'abord été condamné pour assassinat, puis reconnu totalement irresponsable par la cour de cassation du Tribunal cantonal.

Aucune évolution

Le réexamen était nécessaire en raison de l'entrée en vigueur du nouveau Code pénal, en janvier 2007. Il prévoit la possibilité d'ordonner des mesures thérapeutiques susceptibles de remplacer l'internement.

Selon le jugement, le condamné n'a «absolument pas évolué» depuis son incarcération. Il refuse tout traitement psychiatrique, soutient encore la thèse accidentelle, et «s'enferme dans un mutisme quasi-complet» en prison. L'internement doit donc se poursuivre «comme le veut la loi».

Acte intentionnel

Le 8 juillet 2003, le condamné est intentionnellement monté avec sa voiture sur le trottoir du Grand-Pont. Il avait choisi un lieu fréquenté de la ville en milieu de journée, pour «attenter à la vie d'un maximum de gens» et s'était jeté ensuite au bas du pont au volant de sa voiture. Depuis, il affirme ne pas se souvenir des faits. (ats)

Ton opinion