FC Sion: Du chauffage sous serre pour la pelouse de Tourbillon
Actualisé

FC SionDu chauffage sous serre pour la pelouse de Tourbillon

Après une semaine de chauffage sous serre, le terrain du stade de Tourbillon retrouve, mercredi, sa configuration normale. Les responsables du terrain espèrent que le soleil permettra de sécher une pelouse très humide.

par
Didier Bender

Non, ce n'est pas l'oeuvre de Christo. Et pourtant. Depuis une semaine, la pelouse de Tourbillon a été placée sous trois serres chauffantes pour tenter de rendre le terrain praticable avant la rencontre de samedi, entre le FC Sion et Young Boys.

L'initiative a été lancée, et supportée financièrement, par la Swiss Football League, la Ville de Sion et le FC Sion. Combien coûte une telle opération? «Il faut compter globalement depuis novembre pour avoir une vraie vision des coûts», répond Jean-Claude Donzé, chef du Service des sports de la ville de Sion, sans articuler de chiffres. «Ce que nous pouvons dire, c'est qu'il y a beaucoup d'heures d'employés municipaux, ce qui représente un coût internet à la ville». La Swiss Football League prendra aussi à sa charge une partie des frais engagés ces derniers jours.

Premier emballage pour la pelouse

«Il fallait prendre des mesures exceptionnelles pour gérer une situation exceptionnelle», explique Jean-Claude Donzé. «C'est la première fois que nous utilisons un tel système pour tenter de dégeler la pelouse. Le sol a été gelé jusqu'à un mètre de profondeur. Tout le système de dreinage a été bloqué».

$$VIDEO$$Bernard Pury, responsable des terrains de sport de la Ville de Sion (vidéo: 20 minutes online).

Pour tenter d'accélérer les choses, les responsables de Tourbillon ont installé sur une moitié de terrain, celle située à l'ombre de la tribune principale, de simples plastiques tenus par des points d'ancrage non fixés au sol. De l'air chaud a été insufflé sous les bâches à l'aide de gros appareils. «Nous avons encore mesuré -4 degrés durant la nuit», observe le chef des sports de la Ville. «Ce que l'on gagne la journée, on le perd durant la nuit».

Terrain déblayé six fois depuis le début de l'hiver

Depuis le début de l'hiver, en novembre, les concierges qui s'occupent de la pelouse de Tourbillon n'ont pas chômé. «Le terrain a été déblayé six fois», précise Jean-Claude Donzé. «Et la pelouse souffre avec ce genre de gros travaux.»

Après deux rencontres disputées à Genève (victoire 2-1 contre Vaduz, nul 1-1 contre Lucerne) et une défaite à Neuchâtel, face à Xamax et sur une pelouse synthétique (!), le FC Sion retrouvera sa pelouse fétiche de Tourbillon. Et surtout son public. «Nous n'irons pas jouer encore un match à Genève», tranche le président Christian Constantin. «Nous aurions été mis sous pression si nous n'étions pas allé jouer à Genève, car nous n'aurions pu jouer ni contre Vaduz, ni contre Lucerne. Nous aurions eu deux matches en retard. Avec le faible mental de mes joueurs, cela aurait été trop dur de disputer trois semaines anglaises de suite. Si nous ne pouvons pas jouer à Tourbillon, alors nous ne jouerons tout simplement pas.»

Financièrement aussi, ce retour prévu dans son stade va faire du bien au club du président Constantin. Le manque à gagner du déménagement forcé au stade de Genève est estimé à près de 300'000 francs. Alors ce retour à Tourbillon se répercutera forcément au plan comptable...

Reste ce problème de pelouse. En cas de match samedi, les concierges du stade risquent bien de retrouver un terrain labouré par les acteurs d'une journée. «Le championnat commence toujours plus tôt, en février. Déjà que c'est difficile à jouer dans des conditions de jeu acceptable dans une année normale», rappelle Jean-Claude Donzé. Après Neuchâtel, l'idée d'une pelouse synthétique pourrait faire son chemin en Valais...

Ton opinion