Hippisme: Du grand spectacle au Chalet-à-Gobet
Actualisé

HippismeDu grand spectacle au Chalet-à-Gobet

Voltige, dressage, cross-country et attelage: le programme d'Equissima s'annonce somptueux de vendredi à dimanche sur les hauts de Lausanne. Avec un petit air de Jeux Olympiques en prime.

par
tim

La première chose qui frappe en arrivant au Manège du Chalet-à-Gobet? Il y a des chiens partout! Quatre adorables canidés accueillent en effet le visiteur, qui se demande s'il ne s'est pas trompé et qu'il a trouvé le chenil plutôt que le centre équestre qu'il pensait visiter. Pourtant, pas d'erreur, après la réception d'honneur offerte par les gentils cabots, place aux vrais maîtres des lieux, les majestueux chevaux du Manège.

Ce sont eux qui seront à l'honneur ce week-end, de vendredi à dimanche, sur les hauts de Lausanne pour le désormais fameux meeting Equissima. Trois jours qui leur sont entièrement dédiés et qui seront ouverts au public, bien sûr. L'an dernier, 3000 personnes s'étaient rendues sur la plaine de Mauverney pour le cross-country, une discipline extrêmement spectaculaire lors de laquelle les chevaux doivent franchir 24 obstacles sur un tracé de 3,5 kilomètres. Un parcours très éprouvant et vallonné, qui ne sourit qu'aux meilleurs. «Il faut être extrêmement précis et rapide, deux qualités qui ne vont pas forcément bien ensemble», sourit Marc-Henri Clavel, boss d'Equissima.

Il est vrai que, même à pied, les efforts sont réels. Le parcours monte et descend et les obstacles s'enchaînent à vitesse rapide. Pire, les obstacles sont souvent placés dans des dévers, en biais. En clair, cela veut dire que les chevaux, après avoir franchi un obstacle haut d'1,15m, doivent atterrir dans une pente. Un vrai tour de force, imaginé et conçu par Pierre Michelet, lequel a dessiné les tracés des Jeux Olympiques de Rio le mois dernier. Un vrai spécialiste, donc.

Le Français n'est pas le seul à avoir fait le trajet depuis le Brésil. L'Espagnol Albert Hermoso Farras et l'Equatorien d'origine suisse Nicolas Wettstein seront présents, de même que les frères Ben et Felix Vogg, qui ont concouru pour la Suisse à Rio. Il y aura donc un vrai esprit olympique au Chalet-à-Gobet ce week-end.

Les douanes, un vrai problème

Plusieurs cavaliers ont décidé de ne pas faire le déplacement à Lausanne ce week-end. La raison? La caution à déposer à la douane, souvent trop élevée pour les plus modestes. La Suisse exige en effet un carnet, afin de contrôler les chevaux entrant sur son territoire et éviter que ceux-ci soient vendus, par exemple. Ce carnet ne coûte pas cher, mais la somme à déposer à la douane est élevée. Chaque cavalier ne peut pas se le permettre. Une solution est en passe d'être trouvée pour les années prochaines, mais il faudra patienter.

Le cheval court à l'aveugle

Parmi les vraies spécificités d'Equissima, seul le cavalier a le droit de reconnaître le tracé du cross-country. Le cheval, lui, n'a pas le droit de s'y rendre, découvrant le parcours seulement au moment où ça compte.

Ton opinion