Genève: Du sursis pour le mari empoisonneur
Actualisé

GenèveDu sursis pour le mari empoisonneur

Le médecin jugé pour avoir écrasé des médicaments psychotropes dans la nourriture de son épouse s'est vu infliger une peine de 15 mois de prison avec sursis.

par
Henri Della Casa

Les juges du Tribunal correctionnel ont retenu les lésions corporelles simples plutôt que le délit manqué de meurtre contre un médecin qui avait pilé des sédatifs dans le lait de son épouse. Au moment des faits, en 2009, celle-ci entendait vendre sa villa et quitter la Suisse. Les juges ont notamment relevé que la tentative d'empoisonnement était survenue dans un contexte conflictuel entre les époux, séparés puis rabibochés depuis lors.

Le président du tribunal n'a pas manqué de souligner que leur mariage se voulait «d'arrangement». Si le couple aujourd'hui clame en choeur qu'il n'y a jamais eu d'intention du mari de faire du mal à sa femme, le tribunal a retenu les conversations accablantes de l'accusé et ses aveux après son arrestation pour le juger coupable de lésions corporelles simples et de contrainte.

Pour la Cour, le prévenu, algérien, s'inquiétait des conséquences d'une séparation sur son permis de séjour et son avenir professionnel en Suisse. Il a écopé d'une peine privative de liberté de 15 mois avec sursis. Son délai d'épreuve est fixé à quatre ans.

Ton opinion