Bulle (FR): Du sursis pour le scieur de croix
Actualisé

Bulle (FR)Du sursis pour le scieur de croix

Le guide de montagne ayant vandalisé trois croix érigées sur des sommets des Préalpes fribourgeoises a écopé mercredi à Bulle de 90 jours-amende avec sursis pendant trois ans.

Selon le guide de montagne, l'Eglise n'a pas à imposer ces objets de culte sur les sommets.

Selon le guide de montagne, l'Eglise n'a pas à imposer ces objets de culte sur les sommets.

Le guide de montagne est bien décidé à ne pas récidiver. Aussi bien en audience qu'à l'issue de la lecture du jugement, il a déclaré qu'il avait atteint son but qui consistait à provoquer un débat sur la question. «J'ai passé à autre chose», mais il n'a pas précisé quoi.

L'homme a été reconnu coupable d'atteinte à la liberté de croyance et des cultes. Devant la presse, il a dit ne pas avoir de regrets. Son défenseur Me Jean Lob envisage de déposer recours contre le jugement.

A l'époque, ce guide de montagne, qui ne présente pas d'antécédents judiciaires, précisait qu'il ne concevait pas que l'Eglise impose des objets de culte, ajoutant qu'à son avis la montagne doit rester un espace de liberté partagé entre tous. Il avait par ailleurs demandé à sortir de l'Eglise.

Lors de son arrestation, l'homme avait admis avoir vandalisé la croix érigée au sommet du Vanil-Noir, à Grandvillard. Il avait dévissé la plaque de tôle entre les deux piliers de la croix et l'avait enroulée autour des tubes qui forment le mât. Il avait ensuite placé un drapeau gruérien au milieu de la pièce déformée. Le guide avait aussi scié net, la croix des Merlas, située sur la commune de Bas-Intyamon, au-dessus de Grandvillard.

(ats)

Ton opinion