Actualisé

Duisbourg: une guerre sans merci partie d'un banal incident

La guerre sans merci que se livrent deux clans de la mafia calabraise, et dont le massacre de Duisbourg est le dernier épisode, serait partie d'un incident banal: une rixe entre jeunes lors du carnaval de 1991 dans le village de San Luca.

Cet épisode - un jet de pétards ou d'oeufs selon les versions - provoqua un violent litige entre membres des deux clans, les Nirta- Strangio d'une part et les Vottari-Pelle-Romeo d'autre part.

Une rivalité qui ne tarda pas à être réglée par les armes: le 14 février, jour de la Saint-Valentin, un guet-apens fera deux morts et deux blessés, rappellent jeudi les médias italiens.

Après une série d'homicides, la guerre a s'est calmée, une sorte de «pax mafiosa» semblant s'installer. Mais lors du Noël 2006, une femme de 33 ans perd la vie lors d'une tentative d'assassinat de son mari, un repris de justice du clan Nirta-Strangio. Trois personnes, dont un enfant de 5 ans, sont blessés dans la fusillade.

L'affrontement repart alors de plus belle. Il a fait 14 morts ces huit derniers mois, dont les six de Duisbourg, qui appartenaient aux Vottari-Pelle-Romeo, selon l'agence Ansa.

Moments symboliques

La plupart des homicides ont eu lieu à des moments symboliques comme les fêtes religieuses. Ce mercredi, jour du massacre en Allemagne, marquait en effet l'Assomption mais aussi le début du long week-end du 15 août (»Ferragosto»), où la plupart des Italiens en profitent pour se ruer à la plage.

En choisissant ces dates, les tueurs veulent rendre la confrontation encore plus cruelle, soulignent les enquêteurs. Jadis en effet, même les mafieux respectaient une trêve à ces occasions- là, relève le «Corriere della Sera» sur son site.

Au-delà d'une vendetta familiale classique, cette sanglante confrontation cache aussi une guerre pour le contrôle du territoire, souligne pour sa part «Repubblica». La côte calabraise, à la pointe de la botte sur le détroit de Messine, reste un passage obligé pour le trafic de drogue.

SDA/ATS

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!