Actualisé 06.05.2016 à 19:05

Cyclisme - GiroDumoulin premier maillot rose, Cancellara battu

Le Néerlandais a remporté la première étape du Tour d'Italie à Apeldoorn, un contre-la-montre de 9,8 km.

Tom Dumoulin.

Tom Dumoulin.

photo: Keystone

Tom Dumoulin a fait vibrer le Roi Willem-Alexander des Pays-Bas et des milliers de compatriotes, en remportant le chrono d'ouverture du Giro pour devenir le premier porteur du maillot rose devant ses supporters à Apeldoorn. Affaibli par des maux d'estomac mercredi, Fabian Cancellara a pris la 8e place à 14''.

Ce n'est donc pas Cancellara qui aura fait trembler Dumoulin. Le duel tant attendu entre les deux hommes n'a pas vraiment eu lieu, sans doute en raison de la gastrite venue diminuer le Suisse à l'avant-veille du départ. Le Bernois doit remettre à plus tard son rêve de porter le maillot rose pous sa dernière année chez les pros. Le rouleur de l'équipe Trek pourra encore essayer de tenter sa chance samedi et dimanche lors des étapes plates aux Pays-Bas mais la présence de Marcel Kittel, bon 5e de ce premier contre-la-montre, rend sa tâche pratiquement impossible.

De son côté, Stefan Küng aurait pu monter sur le podium mais le coureur de l'équipe BMC est tombé dans une courbe à droite. Après avoir changé de vélo, il est reparti et a concédé 30'' au vainqueur du jour alors qu'il ne comptait qu'une seconde de retard au temps intermédiaire. Le Thurgovien aurait sans doute pu s'immiscer sur le podium s'il n'avait pas pris trop de risques. L'an dernier, il avait quitté la course avec des fractures aux vertèbres après une lourde chute.

Silvan Dillier (BMC), avec le maillot de champion de Suisse de la spécialité sur les épaules, a pris une excellente 10e place.

Nibali s'en est bien sorti

Dumoulin a réussi son pari, mais il s'en est fallu de peu: le rouleur de la formation Giant n'a devancé que de quelques centièmes de secondes le Slovène Primoz Roglic qui a terminé dans la même seconde.

Le Néerlandais a tiré les leçons de son «échec» (4e) lors du chrono d'ouverture du Tour de France en juillet dernier, déjà aux Pays-Bas, à Utrecht.

«Ce jour-là, j'avais les jambes pour gagner. Mais j'avais été emporté par la pression et je n'avais pas bien reconnu le parcours, a-t-il expliqué à sa descente de podium. Aujourd'hui, je n'ai pas commis les mêmes erreurs...»

Sixième de la dernière Vuelta, dont il avait longuement occupé la tête du classement général, le Limbourgeois (25 ans) est considéré comme l'un des outsiders pour la victoire finale par l'Italien Vincenzo Nibali, le favori du Giro.

Parmi les favoris à la victoire finale, c'est Nibali qui s'en est le mieux sorti en terminant 16e (à 19'') en repoussant l'Espagnol Alejandro Valverde à 5'', le Colombien Esteban Chaves à 11'' ou encore l'Espagnol Mikel Landa à 21''.

Samedi, les sprinters auront une première occasion de se mettre en évidence, au terme des 190 kilomètres sans relief reliant Arnhem à Nimègue.

Les coureurs redoutant les coups de bordures sur ce paysage offert aux vents seront rassurés: la météo, ensoleillée, s'annonce estivale avec un thermomètre dépassant largement les 20 degrés et un vent quasi absent. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!