Red Bull Half Court: Dusan Bulut: «C’est le plus beau court de basket que j’ai vu de ma vie»

Publié

Red Bull Half CourtDusan Bulut: «C’est le plus beau court de basket que j’ai vu de ma vie»

Considéré comme le meilleur joueur de l’histoire du basketball 3x3, Dusan Bulut est depuis de nombreuses années la superstar de son sport. Aujourd’hui athlète Red Bull, il espère pouvoir emmener le 3x3 encore plus haut.

par
Loïck Mauroux
(Le Caire)
Bien que son équipe ne se soit pas qualifiée pour la finale du Caire, Dusan Bulut n’aurait raté le déplacement pour rien au monde.

Bien que son équipe ne se soit pas qualifiée pour la finale du Caire, Dusan Bulut n’aurait raté le déplacement pour rien au monde.

Red Bull Content Pool

Presque inexistant sur la scène internationale il y a près de 10 ans, le basketball 3x3 a su se faire une place de choix dans le paysage médiatique jusqu’à son entrée aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021. Visibilité nouvelle, puissance financière grandissante, le cousin du traditionnel 5x5 ne demandait qu’à exploser aux yeux du grand public. Et le 3x3 a trouvé sa tête de gondole pour porter un tel projet: Dusan Bulut. Le Serbe a tout gagné ou presque au plus haut niveau: quatre fois vainqueur du FIBA 3x3 World Tour dont deux fois MVP (meilleur joueur), quatre Coupes du Monde et MVP à deux reprises, deux Championnats d’Europe. Un statut qu’il met au service de son sport.

Vous avez joué beaucoup de tournois dans votre carrière, dans beaucoup d’endroits magnifiques à travers le monde. Que pensez-vous de cet endroit, sous les yeux du Sphynx et des pyramides?

Dusan Bulut: C’est peut-être le plus bel endroit pour jouer au basket que j’ai vu de ma vie. Je suis tellement jaloux de ceux qui auront la chance d’y jouer ce soir (ndlr: son équipe ne s’est pas qualifiée lors du tournoi serbe). La localisation est exceptionnelle. Red Bull est en train de faire des choses incroyables et je suis vraiment flatté de faire partie de ce projet. C’est le genre de choses qui n’arrive pas souvent dans une vie, peut-être la seule de voir du 3x3 dans un lieu historique pareil. Je veux faire partie de ce type de projet dans le futur.

La finale du Red Bull Half Court se déroule en ce moment même à l’ombre des pyramides de Gizeh.

La finale du Red Bull Half Court se déroule en ce moment même à l’ombre des pyramides de Gizeh.

Loïck Mauroux

Sur quels points pensez-vous que le 3x3 soit plus intéressant que le 5v5?

Pour ce genre d’événements. Exactement pour ce genre d’événements. Le 5v5 est évidemment globalement plus important mais c’est un peu répétitif: des matches dans les mêmes salles, le même public, les mêmes événements. Avec le 3x3, on peut jouer devant les pyramides ou la tour Eiffel et sur une multitude de terrains de streetball iconiques. C’est plus ouvert, plus flexible, plus créatif que du basket standard.

On vous a donné plusieurs surnoms au fil de votre carrière, mais est-ce que vous aimez être appelé le GOAT of 3x3 (ndlr: greatest of all time)?

Je n’aime pas ça. Ce sont les autres qui vous donnent des surnoms, mais je pense que ce terme est un peu cruel: notre sport est tellement jeune, nous ne sommes que la première génération. J’ai fait beaucoup de belles choses dans ma carrière donc c’est flatteur quand votre travail est reconnu et qu’on vous appelle le «greatest of all time» (meilleur joueur de l’histoire), mais cette histoire est tellement récente qu’il y aura peut-être mieux. Qui sait, il y a plein de joueurs qui repoussent la barre encore plus haut. Et pour ma part je joue encore! C’est trop tôt pour ce genre de surnoms.

Vous avez joué dans différentes organisations (FIBA, Red Bull, BIG3) et il y a des tensions entre ces dernières. Comment vous vous sentez au milieu de tout ça?

Pour être honnête je ne me sens pas à l’aise, je ne me suis jamais senti bien quand d’autres personnes me disent ce que je dois faire et comment je dois le faire. J’ai toujours tenté de garder le contrôle sur ma vie et sur mon jeu. Ce que la FIBA a fait (ndlr: lorsqu’il a voulu jouer dans la ligue américaine du BIG3, la fédération internationale lui a infligé une amende et menacé de ne pas le laisser jouer les Jeux olympiques avec la Serbie),  ce n’est pas la bonne direction pour notre sport. Ce sont des choses que je ne peux pas contrôler et j’espère vraiment pouvoir faire mon retour bientôt.

Les Jeux olympiques sont-ils un chapitre encore ouvert pour vous? Un regret peut-être?

Je ne ferme jamais la porte, le chapitre reste ouvert. La Serbie a décidé de m’écarter de la sélection ces dernières années mais c’était un choix et je le respecte. Ça va et ça vient et je suis très heureux d’avoir tout donné pour mon équipe nationale qui nous a amenés si haut. Nous avons accompli tellement de belles choses. Je ne dirai jamais non à la sélection comme je ne dirai jamais non à un match au milieu de la rue. On ne sait jamais. Je souhaite juste qu’on ramène l’or à la Serbie en 2024.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l’essentiel des infos de la journée.

Ton opinion

3 commentaires