Aéronautique: EADS se rebaptise Airbus, publie ses résultats

Actualisé

AéronautiqueEADS se rebaptise Airbus, publie ses résultats

Le groupe d'aéronautique et de défense EADS a annoncé mercredi une réorganisation et l'adoption du nom d'Airbus, en publiant des résultats en forte progression pour le deuxième trimestre.

Fini EADS, voilà Airbus.

Fini EADS, voilà Airbus.

EADS a annoncé mercredi l'adoption du nom de groupe Airbus et un regroupement de ses activités défense et espace pour améliorer sa compétitivité, en publiant des résultats en forte hausse au deuxième trimestre.

Pour répondre à une réduction des budgets défense et espace dans les pays occidentaux, le groupe indique dans un communiqué qu'il va regrouper ses divisions espace et défense, Astrium et Cassidian, avec l'unité de production d'avions de transport militaires Airbus Military, basée en Espagne.

Quand la nouvelle structure sera mise en place au 1er janvier 2014, le groupe Airbus comprendra trois divisions au lieu de quatre actuellement: Airbus, qui tire les performances du groupe, chargé de toutes les activités d'avions commerciaux, Airbus Defence and Space, et Airbus helicopters, nouveau nom d'Eurocopter, premier fabricant mondial d'hélicoptères.

La nouvelle division Airbus Defence and Space, dont le chiffre d'affaires approchera les 14 milliards d'euros, sera dirigée par l'Allemand Bernhard Gerwert, 60 ans, actuel patron de Cassidian. Elle aura son siège social à Munich.

«Ce que nous dévoilons aujourd'hui est une évolution et non une révolution», a déclaré le directeur exécutif d'EADS, Tom Enders, cité dans le communiqué. «Il s'agit d'une étape logique dans le développement de notre entreprise. Nous affirmons la prédominance de l'aviation commerciale dans notre groupe (...) Le changement de nom replace simplement l'ensemble de l'entreprise sous l'égide de notre meilleure marque qui symbolise l'internationalisation, l'innovation et l'intégration, et également les deux tiers de notre chiffre d'affaires», a-t-il ajouté.

D'avril à juin, EADS a dégagé un bénéfice net de 518 millions d'euros (+14%). Le groupe européen réitère ses prévisions pour l'ensemble de l'année à l'exception des prises de commandes d'Airbus revues à la hausse, désormais à plus de 1000 commandes brutes d'avions, contre plus de 800 prévus en mai. Sur la même période, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 3% à 13,9 milliards d'euros.

Les analystes tablaient sur un bénéfice net de 469,5 millions et un chiffre d'affaires de 13,7 milliards, selon un consensus de l'agence Dow Jones Newswires. Cumulé sur le premier semestre, le bénéfice net atteint 759 millions (+31%) pour un chiffre d'affaires de 26,3 milliards (+6%).

Le groupe prévient toutefois qu'Airbus «entre désormais dans la phase la plus critique du programme A350 XWB», qui «demeure très ambitieux». «Toute modification du calendrier pourrait avoir un impact croissant sur les provisions», ajoute-t-il. L'A350 est le futur long-courrier de l'avionneur qui doit entrer en service avant la fin 2014. (afp)

Berlin va veiller «aux intérêts de l'Allemagne»

Le ministre allemand de l'Economie Philipp Rösler a indiqué mercredi que Berlin allait «accompagner intensément» la réorganisation annoncée par le groupe EADS, tout en veillant particulièrement «aux intérêts de l'Allemagne comme site d'activité économique».

Berlin est actionnaire d'EADS depuis le retrait du constructeur automobile Daimler, Cassidian a son siège à Munich (sud) et Airbus opère plusieurs sites en Allemagne, autant de raisons pour le gouvernement allemand de surveiller attentivement ce qui se passe au sein du groupe européen, actuellement dirigé par l'Allemand Tom Enders. Par le passé, les inquiétudes ont parfois été vives sur le sort des activités en Allemagne, notamment chez Airbus, ou sur les rapports de force au sein du groupe.

Aux yeux de M. Rösler, les annonces de mercredi «sont une bonne nouvelle pour le secteur aéronautique et l'industrie spatiale allemands», et le choix de Munich comme siège de la future division fusionnée Airbus Defense and Space est «une preuve de confiance dans l'efficacité des sites allemands».

Ton opinion