Irak – Echanges d’insultes et coups lors de la session inaugurale du Parlement

Publié

IrakÉchanges d’insultes et coups lors de la session inaugurale du Parlement

Des échauffourées ont éclaté dimanche entre députés irakiens. Le président de l’assemblée a été hospitalisé après avoir été attaqué, a annoncé la télévision publique.

La séance a débuté normalement par la prestation de serment des députés, avant que Mahmoud al-Machhadani (ici à gauche) soit invectivé et agressé par d’autres députés. 

La séance a débuté normalement par la prestation de serment des députés, avant que Mahmoud al-Machhadani (ici à gauche) soit invectivé et agressé par d’autres députés.

Iraqi Parliament Media Office/Handout via REUTERS

Le député qui présidait dimanche la session inaugurale du nouveau Parlement irakien a été hospitalisé après que des échauffourées ont éclaté au cours de la séance, a-t-on appris auprès de la télévision publique et de députés. Mahmoud al-Machhadani présidait la séance en tant que doyen de l’assemblée. L’agence de presse irakienne INA a ensuite affirmé que son état était «stable».

Selon le député kurde Muthana Amin, la séance inaugurale a «débuté normalement avec la prestation de serment» des 329 députés élus lors des élections législatives du 10 octobre. Puis, le Cadre de coordination – coalition regroupant plusieurs partis chiites – a revendiqué être l’alliance parlementaire la plus importante avec 88 députés, selon lui.

Mahmoud al-Machhadani «a alors demandé que cette information soit vérifiée, après quoi il a été invectivé et des députés l’ont attaqué», a déclaré Muthana Amin sans préciser l’identité des agresseurs, ni si son hospitalisation était directement liée à cette agression.

D’après une source parlementaire qui a requis l’anonymat, Mahmoud al-Machhadani «a perdu connaissance». Des vidéos, manifestement filmées par des députés, montraient des élus s’invectiver entre eux. La séance a été suspendue plus d’une heure, avant de reprendre.

L’élection d’un nouveau gouvernement en jeu

Les députés doivent s’atteler à élire un président du Parlement, rôle traditionnellement dévolu à un sunnite. Dans les 30 jours suivant sa séance inaugurale, le Parlement doit élire le président de la République. Celui-ci devra ensuite désigner un Premier ministre, choisi par la plus grande coalition. Une fois désigné, le Premier ministre a 30 jours pour former un gouvernement. Certains experts et politiciens tablent sur une nouvelle équipe d’ici au mois de mars.

La période post-électorale a été marquée par une instabilité teintée de violence armée. Des manifestations se sont déroulées devant l’ultra-sécurisée Zone verte de Bagdad, qui abrite notamment des bâtiments gouvernementaux et l’ambassade américaine. Et le 7 novembre, une tentative d’assassinat non revendiquée aux drones piégés contre le Premier ministre Moustafa al-Kazimi à son domicile a encore un peu plus exacerbé les tensions.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires