Suisse: Economies à faire sur les appareils médicaux
Actualisé

SuisseEconomies à faire sur les appareils médicaux

Plusieurs millions de francs pourraient être économisés sur les moyens auxiliaires médicaux en Suisse. Tel est l'avis du Surveillant des prix dans une lettre d'information publiée jeudi.

«Monsieur Prix», alias Stefan Meierhans, recommande des mesures limitant les mauvaises incitations liées au système actuel de remboursement.

«Monsieur Prix», alias Stefan Meierhans, recommande des mesures limitant les mauvaises incitations liées au système actuel de remboursement.

Les moyens auxiliaires médicaux, tels que les lecteurs de glycémie, les appareils d'inhalation ou les bas de compression orthopédiques, sont remboursés par les assureurs maladie au maximum à hauteur des montants fixés dans la Liste des moyens et appareils. Suite aux nombreuses dénonciations de la part de la population, la Surveillance des prix a examiné en 2010 et 2011 certaines positions tarifaires plus en détail et constaté «un fort potentiel d'économies» dans ce domaine.

Selon les données de Santésuisse, l'association faîtière des assureurs-maladie, les coûts à la charge de l'assurance obligatoire des soins (AOS) des moyens et appareils fournis par les centres de remise de moyens et appareils, les pharmacies et les cabinets médicaux auraient plus que doublé entre 2004 et 2008 passant de 185 millions de francs à 386 millions. Dans le même temps, l'augmentation de l'ensemble des coûts des prestations LAMal n'a été que de 20,7%. En tenant compte des moyens et appareils fournis par les homes médicaux, les hôpitaux et dans le cadre des traitements Spitex, Santésuisse estimait en 2008 les coûts totaux pour l'AOS liés à la prise en charge des moyens et appareils à près de 650 millions de francs.

Pour le Surveillant des prix, il s'agit notamment de mettre en place un système de réexamen périodique des montants maximum remboursables sur une période de trois ans. Comme pour les médicaments, les fabricants ou les distributeurs de moyens et appareils devraient être obligés de fournir les prix à l'étranger aux autorités fédérales et aux assureurs. Enfin, la loi devrait intégrer les contrats conclus entre les assureurs-maladie et les centres de remise de moyens et appareils dans le cadre légal des conventions tarifaires. Ces contrats peuvent conduire à des réductions de prix allant jusqu'à 45%. (ap)

Ton opinion