Suisse: Economiesuisse reste optimiste pour 2019
Actualisé

SuisseEconomiesuisse reste optimiste pour 2019

La faîtière economiesuisse ne voit pas de grands bouleversements pour l'économie helvétique durant l'année en cours.

Le conflit commercial opposant les États-Unis et la Chine est considéré comme une menace par Economiesuisse.

Le conflit commercial opposant les États-Unis et la Chine est considéré comme une menace par Economiesuisse.

AFP

La faîtière economiesuisse a maintenu mardi ses prévisions conjoncturelles pour cette année, malgré les incertitudes liées au conflit commercial entre Pékin et Washington et les tensions politiques comme le Brexit. Le chômage doit rester à un faible niveau.

Pour 2019, les économistes de la fédération des entreprises suisses ont conservé à 1,4% la progression du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse, après 2,5% l'année dernière. «Les incertitudes économiques à l'étranger (Brexit, conflit commercial opposant les États-Unis et la Chine ou la politique italienne) pèsent sur la conjoncture suisse», a estimé l'association.

Par contre, la solidité de la conjoncture européenne et surtout allemande - première destination des ventes suisses à l'international - a soutenu les exportateurs helvétiques. La demande intérieure «robuste» a apporté sa pierre à l'édifice.

Après une nette accélération au premier trimestre - où le PIB a augmenté de 0,6% - la conjoncture helvétique ne devrait plus être aussi vigoureuse en seconde partie d'exercice. En cause notamment, le ralentissement de la croissance mondiale.

Croissance de 1,2% en 2020

Selon economiesuisse, «les conflits commerciaux, le renforcement du protectionnisme et la longue phase d'incertitude économique en Europe laissent des traces toujours plus visibles, pèsent sur le commerce mondial et l'évolution des exportations suisses».

Quelques secteurs devraient néanmoins sortir leur épingle du jeu cette année: les assurances, les activités de conseil, les fiduciaires, la santé, les banques et le tourisme. En 2020, le PIB devrait encore progresser de 1,2%, d'après les projections d'economiesuisse.

«L'économie intérieure évolue modérément, mais de manière relativement robuste, et les exportations progresseront légèrement», ont indiqué les économistes. Les perspectives pour les industries des machines, des textiles et de l'horlogerie sont «modérément optimistes» pour l'année suivante, alors que la situation s'annonce plus solide pour les secteurs bancaire et l'hôtellerie.

Stagnation dans la construction

Après plusieurs années de forte croissance, la construction doit s'attendre à une phase de stagnation. Parmi les autres indicateurs économiques, le taux d'inflation est attendu à respectivement 0,5% et 0,7% cette année et la suivante, un niveau très éloigné de l'objectif d'environ 2,0% d'accélération des prix prôné par la Banque nationale suisse (BNS).

Le taux de chômage est quant à lui attendu à 2,4% en 2019, après 2,6% l'année dernière, et à 2,5% en 2020. Avec ses prévisions de croissance 2019, economiesuisse se range dans la moyenne des projections des différents instituts. L'OCDE table ainsi sur un PIB en hausse de seulement 1,0% cette année, tandis que BAK Economics s'attend à 1,2%. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) est le plus optimiste avec une croissance attendue à 1,7%. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion