Actualisé 24.05.2007 à 08:45

Ecoutez en exclusivité le premier album de Kamini

Révélé par le clip très terroir de sa chanson «Marly-Gomont», le rappeur Kamini sort son premier album demain. Ecoutez des extraits en avant-première.

Interview.

Avez-vous été surpris par le succès de «Marly-Gomont»?

– Je n'ai pas été étonné. Cela ne sert à rien de faire de l'art si tu ne crois pas en toi. Mais la fulgurance du succès de cette chanson est impressionnante et surréaliste.

Pourquoi ce titre a-t-il si bien marché, selon vous?

– Parce qu'il est sincère. Si tu ne mens pas aux gens, ils te le rendent, je pense. J'ai vraiment vécu à Marly-Gomont. J'aurais pu faire comme certains rappeurs, m'inventer une vie, dire que j'étais gangster, que j'avais tué des gens ou qu'on m'avait tiré dessus.

Comment décririez-vous cet album?

– J'essaie de ne pas raconter des conneries et de ne pas mentir. Ce sont de bons titres, pas trop mal écrits. Je pense que l'album peut faire son chemin. Ce disque, c'est un ovni dans le rap. Il ne ressemble à aucun autre, c'est du Kamini.

Pourquoi l'avoir appelé «Psychostar World»?

– Parce que j'aborde plusieurs thèmes. Il y a «Psycho» dans le titre car j'ai travaillé dans la psychiatrie. «Star», parce que, quand on sort un album, il y a le côté strass et paillettes, et «World», pour les univers artistiques.

Quel sera le prochain tube de l'album?

– Je n'en sais rien, il y a tellement de tubes dans ce disque! (Rires.) Peut-être «Un p'tit coup de motherfuck» ou «Psychostar World».

Etes-vous déjà venu en Suisse?

– Oui, j'ai de la famille ici. Je suis pressé de venir vous voir. Tout est allé tellement vite pour moi que je n'ai rien pu faire. Je n'ai jamais fait de télé ou de téléjournal suisse. Dites-leur que cela me fait mal au cœur. (Rires.)

Myriam Genier

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!