Football: Eden Hazard: «A chaque fois, c'est difficile»
Actualisé

FootballEden Hazard: «A chaque fois, c'est difficile»

L'attaquant belge respecte l'équipe de Suisse, qu'il affrontera dimanche (20 h 45) avec la première place du groupe de Ligue des Nations comme enjeu.

par
Tim Guillemin Lucerne
Keystone

Voilà dix ans qu'Eden Hazard a débuté en équipe nationale de Belgique. «Je me rappelle très bien du premier match contre le Luxembourg», a souri l'attaquant, aujourd'hui âgé de 27 ans. «Quand je regarde tout ce qu'on a fait depuis dix ans, je suis fier. On a passé de très bons moments. Les débuts n'étaient pas forcément ceux espérés, mais on a grandi ». Le résultat de ce premier match, un nul 1-1 face au modeste Luxembourg, laissait il est vrai une belle marge de progression.

«Quand je me regarde aujourd'hui, je me dis que je n'ai pas changé. Ces dix ans sont passés vite et je joue avec la même passion, avec la même envie de gagner les matches. Je suis juste un peu plus vieux», a enchaîné le Belge (97 sélections).

Malgré la belle confiance qu'il affiche en lui, le capitaine des Diables Rouges refuse de parler de «Hazard-dépendance» au sein de l'équipe. «Je ne partage pas du tout ce constat. C'est vrai, j'aime avoir le ballon, je prends mes responsabilités sur le terrain. Mais nous sommes plusieurs à pouvoir faire des différences. La Belgique, ce n'est pas que Eden Hazard. Je suis souvent là, mais quand je ne suis pas là, on a eu des bons résultats aussi. On a un très bon groupe de 30 joueurs et, même quand il y en a qui ne sont pas là, comme pour ce match en Suisse, on reste compétitifs», a appuyé le Belge.

Nombreux absents

Les Diables sont en effet privés de plusieurs cadres pour la rencontre de dimanche. Romelu Lukaku, Kevin De Bruyne, Marouane Fellaini, Jan Vertonghen, Thomas Vermaelen et Yannick Carrasco sont ainsi tous forfaits! «On a essayé jusqu'au dernier moment avec Romelu, a expliqué le sélectionneur Roberto Martinez. Mais samedi matin, on a pris la décision de ne pas voyager avec lui. Notre staff médical a tout tenté, mais il est forfait.»

L'absence de Lukaku sera compensée poste pour poste par la titularisation de Michy Batshuayi. L'attaquant de Valence est en crise dans son club, où il n'est même plus sur le banc, mais il reste sur un doublé face à l'Islande jeudi en Ligue des Nations (2-0). Celle de Kevin De Bruyne à mi-terrain est a priori plus embêtante. «Bien sûr qu'un joueur comme Kevin manque à tout le monde. Il manque à Manchester City et il manque à la Belgique. C'est un joueur exceptionnel. On a des joueurs qui peuvent le remplacer, même s'ils ne sont pas plus forts que lui. Dans un autre registre, ils peuvent cependant nous apporter énormément», a estimé Eden Hazard, qui se méfie particulièrement de l'équipe de Suisse.

«Je m'attends à un match compliqué, comme à l'aller. A chaque fois qu'on joue contre eux, c'est difficile. Ils ont un bon gardien, des défenseurs solides et offensivement, ils ont de la qualité», a commenté l'attaquant de Chelsea.

«Et je parle en connaissance de cause, parce que je les connais un peu plus que tout le monde», a-t-il rappelé. Pourquoi ça? «Parce que je regarde beaucoup les matches de mon petit frère Thorgan à Mönchengladbach, donc je connais bien les Suisses». Eden Hazard est donc familier avec les performances de Yann Sommer, Nico Elvedi, Michael Lang et Denis Zakaria, les quatre Suisses du Borussia à avoir été convoqués pour défier les Diables Rouges dimanche à Lucerne.

Ton opinion