100 suppressions de postes: Edipresse conclut un plan social avec le personnel
Actualisé

100 suppressions de postesEdipresse conclut un plan social avec le personnel

Les modalités de la suppression de 100 postes chez Edipresse Suisse sont désormais fixées.

Après celui des rédactions, un plan social a été signé dans le secteur de l'imprimerie. Le personnel l'a approuvé lundi par 48 voix contre 40, a annoncé mardi le syndicat Comedia.

«Grâce à la mobilisation et la solidarité des salariés d'Edipresse, une quinzaine de licenciements secs ont pu être évités», a commenté Bernard Remion, secrétaire régional de Comedia pour l'industrie graphique. «Les modalités d'application des mesures d'accompagnement ont pu être améliorées: l'application du plan social de l'imprimerie sera contrôlé paritairement.»

«Edipresse aurait les capacités de faire mieux, mais dans les circonstances actuelles, nous nous en contentons», a ajouté M. Remion. L'éditeur n'est en particulier pas entré en matière sur le recours au chômage partiel, ni sur des possibilités de préretraite en dessous de 63 ans pourtant appliquées par Tamedia et Swissprinters, a regretté le syndicaliste.

Modalités améliorées

Les négociations entre la direction, le personnel et les syndicats n'ont pas permis de diminuer le nombre de suppressions de postes, a encore souligné Bernard Remion. Les discussions ont toutefois permis d'en améliorer les modalités d'applications et de limiter le nombre de licenciements.

Au total, 61 personnes sont licenciées, onze partent en préretraite, une quinzaine d'autres quittent l'entreprise volontairement et une trentaine baissent leur taux d'activité. Plus de 115 personnes sont donc touchées par les mesures de restructuration, selon Comedia.

Edipresse Suisse a annoncé le 9 octobre la suppression d'une centaine de postes sur 1124 dans tous ses secteurs d'activité: 50 dans l'imprimerie, 30 dans les rédactions et 20 dans les services de production. L'éditeur indiquait devoir baisser ses coûts après la perte d'un quart de ses recettes publicitaires par rapport à 2008, soit 40 millions de francs sur 9 mois. (ats)

Ton opinion