Actualisé 27.05.2009 à 08:20

Lutte contre le hooliganismeEdmond Isoz veut faire appel aux grands moyens

Il faut créer une «force de police fédérale de 1000 hommes» pour lutter contre les hooligans.

L'idée vient d'Edmond Isoz. Le directeur de la Swiss football league constate que «depuis quatre ans, la violence est récurrente, en particulier autour des stades».

Interrogé mecredi par «Le Matin», M. Isoz estime que «90% des incident ont lieu sur la voie publique». Or, «il y a peut-être trop d'intermédiaires: polices fédérale (Fedpol) et cantonales, sécurité privée dans les stades». Il faut donc «améliorer la coordination des forces de sécurité et la circulation des informations».

Le directeur de la ligue suisse professionnelle est d'ailleurs d'avis que les policiers devraient pouvoir entrer dans les stades, car la sécurité privée n'est pas habilitée à faire des fouilles, pas plus que des tests d'alcoolémie. Les forces privées n'ont pas non plus accès aux photos des supporters interdits de stade.

On assiste actuellement à une recrudescence des incidents en marge des matches de football. Le 20 mai, des heurts se sont déroulés à la gare de Berne, avant et après la finale de la Coupe de Suisse opposant les Young Boys au FC Sion. Le 17 mai, la gare d'Altstetten (ZH) a été le théâtre d'une véritable bataille rangée après la rencontre de championnat entre le FC Zurich et le FC Bâle.

Dimanche dernier, le ministre des sports, Ueli Maurer, s'est prononcé pour un durcissement des mesures à l'égard des hooligans. Il a évoqué la possible publication des photos des délinquants sur internet et des amendes plus salées.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!