Royaume-Uni: Eglises changées en pub, galerie d'art ou cirque
Actualisé

Royaume-UniEglises changées en pub, galerie d'art ou cirque

Devant les coûts d'entretien, certaines Eglises britanniques cèdent leur lieux de culte. Les bâtiments trouvent alors une nouvelle vie, parfois opposé à leur vocation d'origine.

A peine franchi le porche de l'église presbytérienne de Muswell Hill, un imposant édifice de briques rouges et de galets, dans le nord de Londres, trône un énorme tonneau en bois de Guinness et pulse une musique pop. Le transept toujours surmonté d'arches de style gothique, mais peintes en rouge vif, abrite un bar gigantesque, les bancs d'église ont été remplacés par des tables, des tabourets et des machines à sous.

Cette ancienne église construite en 1902, dont l'extérieur est resté absolument intact, accueille désormais un pub irlandais.

«Si c'était encore une église, il y aurait deux ou trois personnes, alors que le vendredi et le samedi, c'est plein à craquer», constate John Earl, un client, en buvant une pinte. «Mais c'est un peu bizarre, j'ai l'impression que je me dois de respecter ce lieu. Ça ne m'empêcherait pas d'être ivre, mais je ne voudrais pas que des gens gravent des inscriptions sur les piliers», explique-t-il.

Un cadre strict

Entre 1969 et 2011, l'Eglise anglicane a fermé 1872 églises. Un total de 474 ont été détruites, et 1046 ont été transformées en lieux profanes, lui permettant d'engranger un bénéfice net de 70 millions de francs, dont l'essentiel a été reversé aux diocèses.

Toutefois, elle encadre très strictement la reconversion, en n'acceptant de vendre des édifices qu'avec une utilisation approuvée par un comité, au terme d'un long processus. On ne verra pas de sex shop, de casino ou de centre de planning familial.

En revanche, il est possible d'y installer un mur de grimpe, comme dans l'église St Benedict à Manchester, un lieu d'entraînement pour un cirque, comme à St Paul à Bristol, ou encore un supermarché, une bibliothèque ou un temple sikh.

L'usage le plus fréquent reste la transformation en lieux de résidence, parfois de luxe. Une maison de sept chambres, avec une hauteur de plafond spectaculaire, de splendides vitraux et une piscine, a ainsi été proposée à la vente pour environ 74 millions de francs, en 2013 à Londres.

(afp)

Ton opinion