Israël: Ehud Barak prêt à rejoindre un gouvernement d'union
Actualisé

IsraëlEhud Barak prêt à rejoindre un gouvernement d'union

Le chef du parti travailliste israélien et ministre de la Défense sortant Ehud Barak a affirmé vendredi qu'il était pour un «large gouvernement d'union» sous la direction de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre pressenti.

Il avait dans un premier temps écarté cette option.

«La majorité du peuple et des membres du parti travailliste exigent la constitution d'un large gouvernement d'union», a affirmé M. Barak à la deuxième chaîne de télévision privée.

Après les élections du 10 février et la défaite sans précédent des travaillistes qui n'ont fait élire que 13 députés sur 120 et ne sont plus que le quatrième parti israélien, M. Barak avait affirmé vouloir tirer les leçons de ce revers en rejoignant les bancs de l'opposition.

Volte-face

Mais depuis, il a fait volte-face et engagé des discussions avec M. Netanyahu, le dirigeant de la droite chargé de former le prochain gouvernement. Selon les médias, M. Barak, un ancien chef de gouvernement et chef d'état major, souhaite conserver son poste de ministre de la Défense.

Mais M. Barak se heurte à l'opposion de la majorité des députés de son parti qui souhaitent rejoindre l'opposition. Le ministre de la Défense estime qu'il est en mesure de passer outre et d'obtenir le soutien du comité central du parti.

Pas avec Daniel Friedman

Il a toutefois affirmé qu'il n'entrerait pas dans un gouvernement où l'actuel ministre de la Justice Daniel Friedman, soutenu par le chef du parti d'extrême droite Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman, resterait à son poste.

Jusqu'à présent, M. Netanyahu dispose du soutien du Likoud, son parti (27 députés), ainsi que de trois partis d'extrême droite et de deux formations ultra-orthodoxes, soit une coalition de 65 députés sur 120.

Mais M. Netanyahu souhaite rééquilibrer sa future majorité vers le centre. Il n'est pas parvenu jusqu'à présent à convaincre Tzipi Livni, la ministre des Affaires étrangères sortante et chef du parti centriste Kadima de nouer une alliance avec lui.

(ats)

Ton opinion