Actualisé 07.08.2015 à 09:31

Tessin

Elan de solidarité avec la mère de Cheyenne

La maman de la fillette de 5 ans, décédée le 21 juillet dans une voiture, est sous enquête pour négligence. Des centaines de mères se solidarisent avec elle.

de
vro/dmz
1 / 5
Une tragédie a eu lieu mardi soir (21 juillet 2015) dans un camping près de Lugano. Une enfant de 5 ans a perdu la vie après avoir été laissée seule dans le véhicule familial en pleine canicule.

Une tragédie a eu lieu mardi soir (21 juillet 2015) dans un camping près de Lugano. Une enfant de 5 ans a perdu la vie après avoir été laissée seule dans le véhicule familial en pleine canicule.

Ticinonline
C'est dans cette Volkswagen Touran que la petite fille a été retrouvée sans vie.

C'est dans cette Volkswagen Touran que la petite fille a été retrouvée sans vie.

Ticinonline

«Cela pourrait nous arriver à tous». Tel est le message qu'un groupe de mères fait passer à travers la Suisse entière, par voie de presse notamment. Elles se réfèrent à la mort de Cheyenne, 5 ans, oubliée pendant plusieurs heures dans une voiture en plein soleil, le 21 juillet dernier devant un camping de Muzzano (TI). Sa mère est sous enquête pour homicide par négligence.

Des centaines de femmes tessinoises ont décidé de la soutenir, dans un texte, diffusé à large échelle. Elles déclarent: «Ensemble avec toi, nous pleurons la mort de ta fille. Nous savons que cela aurait pu arriver à nous toutes. Nous sommes à tes côtés et nous t'embrassons. Nous sommes toutes des mamans.»

Ne pas s'arrêter sur les faits

«Beaucoup de gens, surtout des mères, se sentent proches de celle de Cheyenne et veulent le dire, explique Solange Pedrini, une des initiatrices de l'initiative. Ils arrivent à se mettre à sa place.»

Et le but de cette action est surtout de donner du courage: «Malheureusement, d'autres tragédies comme celle-ci se produiront encore, c'est inévitable. Et quand cela arrivera, il est essentiel que les personnes impliquées ne soient pas seules.» Et Solange Pedrini se refuse à jeter la pierre à la mère de Cheyenne: «Quand un tel drame arrive, tout le monde ne pense qu'à savoir ce qu'on aurait pu ou dû faire pour l'éviter. Mais il faut aller plus loin. Car seules les personnes superficielles se permettent de juger. Pour cela, il existe des instances judiciaires.»

Elan compréhensible

Gerhard Grieder, psychologue du couple et de la famille, n'est pas surpris par cet élan de solidarité: «Ce genre d'accident détruit le cœur d'une mère. Et les femmes savent que la maternité peut être stressante et ont la capacité de s'identifier à ce qui est arrivé.»

Ce qu'il juge plutôt bon: «Elles ne condamnent pas cette femme, mais montrent de la compassion. L'état de choc et la culpabilité qu'elle ressent sont déjà assez forts. La pire chose serait qu'elle reçoive des reproches de toutes parts. Ce type de soutien peut l'aider à absorber le choc.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!