Berne: Élan de solidarité pour une infirmière amendée
Publié

BerneÉlan de solidarité pour une infirmière amendée

Une femme travaillant à l'hôpital de l'Ile à Berne a reçu lundi une amende parce que sa voiture était garée trop longtemps au mauvais endroit. Un passant s'est engagé à payer sa prune.

par
cho/ofu
L'infirmière a retrouvé une prune et un mot d'un passant sur le pare-brise de son auto, lundi, après le travail.

L'infirmière a retrouvé une prune et un mot d'un passant sur le pare-brise de son auto, lundi, après le travail.

Leser-Reporter

Comme dans tous les autres hôpitaux de Suisse, le personnel de l'hôpital de l'Ile à Berne travaille en flux tendu depuis la propagation du coronavirus. Les horaires de travail des infirmières et infirmiers ont été étendus à 12 heures. Et la direction leur demande également d'éviter de se rendre au travail en transports publics. Une directive qu'Anja F.* respecte à la lettre. Le hic: il n'y a pas assez de places de parc pour tout le monde dans l'enceinte de l'hôpital.

L'infirmière de 28 ans est donc obligée de se garer ailleurs, risquant une prune pour avoir dépassé le temps de stationnement autorisé. Comptant sur la compréhension de la police, elle a placé une lettre sur son pare-brise: «Je sais que vous faites uniquement votre travail, tout comme moi. Pour rester en bonne santé et pouvoir m'occuper de mes patients, je n'ai plus le droit de prendre les transports publics. S'il vous plaît, faites preuve de compréhension. Prenez soin de vous et restez en bonne santé!»

«Je vais payer votre amende»

En revenant lundi à sa voiture après une longue journée de travail, Anja F. a dû se rendre à l'évidence: son petit mot n'a pas su convaincre la représentante des forces de l'ordre. Une amende de 100 francs avait été placée sur son pare-brise. Or, en regardant de plus près, la jeune femme a découvert un autre billet, juste à côté de la prune. «J'ai essayé, en vain, de convaincre la policière de ne pas vous amender. Je vais payer votre amende.»

L'infirmière a été touchée par tant de gentillesse: «C'est très beau de voir à quel point tout le monde est solidaire avec nous.» Elle explique avoir immédiatement contacté le passant pour le remercier et gentiment décliner son offre. «Je ne veux pas qu'il paie pour moi.»

L'hôpital s'en mêle

Contacté, l'homme en question explique: «J'ai aperçu la policière en train de mettre une amende sur ma voiture mais j'ai pu l'en empêcher au dernier moment.» Et d'ajouter: «J'ai vu un peu plus tard que l'infirmière avait été amendée. J'ai trouvé ça injuste parce qu'elle avait une bien meilleure raison que moi de ne pas se faire coller.»

Mais, finalement, ni le sympathique passant ni Anja F. ne devront s'acquitter des 100 francs. L'hôpital de l'Ile s'est engagé à le faire à la place de son employée. Le porte-parole, Alex Josty, explique que le centre hospitalier a pris contact avec la ville de Berne, tout comme avec la police. «Le but est d'améliorer la situation pour les employés. Je suis persuadé que l'on trouvera une solution satisfaisante avec les autorités.»

*Nom connu de la rédaction

Ton opinion