Election du Conseil fédéral: le Parlement tranche ce matin
Actualisé

Election du Conseil fédéral: le Parlement tranche ce matin

Le Vaudois André Bugnon a ouvert tout à l'heure les feux, avec son discours devant l'Assemblée fédérale. Les chefs des groupes parlementaires se sont ensuite exprimés pour défendre leurs conseillers fédéraux ou tenter de convaincre les parlementaires de voter pour un candidat.

Auparavant, André Bugnon a rendu hommage à la chancelière Anne-Marie Huber-Hotz, qui se retire. Celle-ci a ensuite remercié l'Assemblée pour la confiance accordée au cours de toutes ces années.

Avec 128 voix sur 246, le camp rose-vert uni au groupe PDC/Verts libéraux et PEV est en mesure, sur le papier, de faire basculer le conseiller fédéral démocrate du centre. Seule certitude pour l'heure, une majorité des 52 membres du groupe du centre votera contre Christoph Blocher.

Mais impossible de connaître le nombre d'opposants et leur stratégie. La plupart d'entre eux se prononceront pour un autre candidat UDC. Les socialistes espèrent eux aussi trouver une alternative à Christoph Blocher. Des noms circulent, mais les conspirateurs n'ont pas voulu confirmer les noms de papables.

Seuls les Verts réclament ouvertement le siège de Christoph Blocher avec le nouveau conseiller aux Etats vaudois Luc Recordon. Cette candidature de combat tient plutôt du barroud d'honneur.

Menaces

L'UDC continue de menacer de passer dans l'opposition si un de ses deux représentants au Conseil fédéral, Samuel Schmid et Christoph Blocher, n'est pas réélu. Son candidat malheureux sera représenté contre les conseillers fédéraux restants. Les radicaux (47 voix) assurent vouloir voter pour les sept conseillers fédéraux sortants.

La séance de l'Assemblée fédérale débutera à 08h00 avec l'hommage à la chancelière démissionnaire Annemarie Huber-Hotz. Puis les parlementaires commenceront à élire les conseillers fédéraux par ordre d'ancienneté.

Les quatre premiers tours devraient se dérouler sans accroc. Moritz Leuenberger, Pascal Couchepin, Samuel Schmid et Micheline Calmy-Rey devraient être réelus. La tension montera lorsqu'il s'agira des sièges de Christoph Blocher et d'Hans-Rudolf Merz. Doris Leuthard ne semble pas menacée mais pourrait faire les frais de couacs précédents.

Chancellerie

Juste après le renouvellement du gouvernement, l'Assemblée fédérale élira un nouveau chancelier ou chancelière de la Confédération. La candidate PDC, la vice-chancelière grisonne Corina Casanova, paraît bien placée pour succéder à la radicale Annemarie Huber-Hotz.

Mais l'élection dépendra des résultats au Conseil fédéral. L'UDC veut obtenir sa première chancelière de l'histoire, avec la secrétaire générale suppléante au Département de l'économie, la Vaudoise Nathalie Falcone. Le PRD veut conserver le poste avec le secrétaire général du Département fédéral de la défense Markus Seiler.

Présidence

Dernier scrutin de la journée, l'élection du président de la Confédération et du vice-président du Conseil fédéral sera fortement tributaire des choix précédents. En principe, ces postes devraient revenir respectivement à Pascal Couchepin et à Christoph Blocher. (ats)

Ton opinion