Elections cantonales 2007 - Bâle-Campagne reste à droite
Actualisé

Elections cantonales 2007 - Bâle-Campagne reste à droite

La droite reste majoritaire au gouvernement du canton de Bâle-Campagne à l'issue des élections dimanche.

Le camp rose-vert n'a pas réussi à gagner un siège. Le gouvernement demeure composé de deux radicaux, un démocrate-chrétien, un démocrate du centre et un socialiste.

Le sortant Adrian Ballmer (PRD), le directeur des finances, a obtenu le plus grand nombre de voix (40 503), suivi du responsable de la formation, Urs Wüthrich (PS) avec 33 863 voix, également sortant. La troisième place est occupée par Peter Zwick, le candidat PDC avec 32 173 voix.

Vient ensuite le dernier sortant, la directrice de la justice et de la police, Sabine Pegararo (PRD) avec 31 379 voix. Elle est suivie du nouvel élu Jörg Krähenbühl (UDC) avec 29 704 voix. La majorité absolue se situait à 25 686 voix.

Le premier candidat socialiste non-sortant, Eric Nussbaumer, a obtenu la majorité absolue avec 26 852 voix, mais les cinq sièges étaient déjà repourvus avec des candidats, qui ont obtenu davantage de voix. Il est suivi par Regula Meschberger (PS) avec 23 794 voix et du Vert Isaac Reber avec 20 793 voix. En queue de peloton figure le candidat démocrate suisse Rudolf Keller avec 7694.

Majorité bourgeoise: une tradition bourgeoise

Un siège PDC et un siège UDC étaient à repourvoir. La majorité bourgeoise au Conseil d'Etat est une tradition à Bâle-Campagne. La participation a atteint 36,17%.

Les socialistes ont néanmoins régulièrement occupé deux sièges, pour la dernière fois entre 1989 et 1999. Ils ont même été majoritaires avec trois fauteuils, très brièvement, en 1947.

Mais les fronts sont rarement ouverts. Ce fut le cas en 2003, avec la première double vacance survenue depuis 1975. Comme dimanche, la gauche n'avait cependant pas réussi à en profiter.

Progression des Verts et de l'UDC

Au Parlement, qui compte 90 sièges, les premières tendances dimanche soir indiquaient que les Verts progresseraient au détriment des socialistes. L'UDC devrait aussi gagner des sièges et les Démocrates suisses en perdre.

En 2003, le PS est resté le premier parti du parlement avec 25 sièges. Les radicaux ont perdu trois mandats pour en conserver 19, tandis que le PDC compte désormais 11 parlementaires (-1), les Verts 8 (+5), les Démocrates suisses 4 (-5) et les Evangéliques 3 (inchangé).

(ats)

Ton opinion