Groenland: Elections législatives anticipées sur l'île
Actualisé

GroenlandElections législatives anticipées sur l'île

Les Groenlandais étaient appelés aux urnes vendredi. Ils devaient trancher entre des sociaux-démocrates touchés par un scandale de détournement et un parti d'extrême gauche sanctionné en 2013.

L'élection dans ce territoire autonome du Danemark a été provoquée par l'éclatement de la coalition d'Aleqa Hammond, écartée du pouvoir après des révélations sur les billets d'avion et notes d'hôtel dont elle et sa famille avaient bénéficié. Les sociaux-démocrates ont promu à sa place Premier ministre par intérim Kim Kielsen, ancien policier à la réputation d'homme intègre.

L'autre grand parti, qui avait basculé dans l'opposition en mars 2013, est l'Inuit Ataqatigiit (IA, indépendantiste d'extrême gauche), emmené par une femme, Sara Olsvig. Il était en tête des derniers sondages, aidé par des révélations de dernière minute sur le piètre état des finances publiques.

Jeunesse tentée par l'émigration

La campagne a tourné autour des moyens de développer une île riche en ressources minières, mais dont l'économie reste dépendante de la pêche et des subventions de Copenhague. Le produit intérieur brut s'est contracté de 1,9% en 2013, et chez les 57'000 habitants de l'île domine l'envie d'assurer un avenir à une jeunesse souvent tentée par l'émigration.

Mme Hammond, qui avait de grandes ambitions pour le développement des mines en vue de l'indépendance, n'aura pas réussi à les concrétiser, laissant une immense tâche à son successeur. Les bureaux de vote doivent fermer à minuit (heure suisse). (ats)

Ton opinion