Birmanie: Elections: premier test pour Aung San Suu Kyi
Actualisé

BirmanieElections: premier test pour Aung San Suu Kyi

Un an après l'arrivée au pouvoir de son parti, des élections partielles donneront un premier indicateur de l'appréciation de l'action du prix Nobel de la paix.

Aung San Suu Kyi a réaffirmé que sa principale priorité était de mettre un terme aux conflits ethniques qui maintiennent la Birmanie dans un état de guerre civile quasi perpétuelle depuis 1948.

Aung San Suu Kyi a réaffirmé que sa principale priorité était de mettre un terme aux conflits ethniques qui maintiennent la Birmanie dans un état de guerre civile quasi perpétuelle depuis 1948.

Keystone

Des élections partielles organisées ce samedi en Birmanie donneront un premier indicateur de l'appréciation de l'action d'Aung San Suu Kyi et de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Et cela un an après l'alternance historique qui les a portés au pouvoir.Ces scrutins doivent pourvoir à 19 sièges vacants au Parlement national et dans des assemblées régionales.

Dans une allocution télévisée, Aung San Suu Kyi a pris acte cette semaine du sentiment de frustration de l'opinion face à la lenteur des réformes et du développement. «Nous avons fait ce que nous pouvions pour le bien de notre pays et de notre peuple en un an. Nous savons que nous n'avons pas été capables de progresser autant que le peuple le souhaitait (...) Un an, ce n'est pas long», a-t-elle dit jeudi.

Mettre fin aux conflits ethniques

Mais la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 a aussi réaffirmé que sa principale priorité était de mettre un terme aux conflits ethniques qui maintiennent la Birmanie dans un état de guerre civile quasi perpétuelle depuis l'indépendance, en 1948.

«Le processus de paix n'est pas facile. Nous avons beaucoup d'espoir, mais l'espoir n'est que l'espoir, rien n'est encore certain», a-t-elle dit. L'issue de ces élections partielles ne modifiera pas l'équilibre des pouvoirs, mais permettra de jauger de la popularité du pouvoir.

Depuis l'alternance issue des élections générales de novembre 2015, marquées par le triomphe de la LND, plusieurs conflits ont repris en Birmanie, notamment dans l'Etat d'Arakan où les forces de sécurité sont accusées d'avoir violé, torturé et tué des membres de l'ethnie des Rohingyas, communauté musulmane.

D'après le Haut Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme, des dizaines de milliers de Rohingyas ont fui au Bangladesh depuis le lancement d'une opération de sécurité de l'armée en réponse à des attaques contre des postes frontières en octobre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion