Actualisé 06.07.2015 à 19:09

Zimbabwe - ChineEléphanteaux victimes d'une «cruauté extrême»

Une vingtaine d'éléphanteaux ont quitté le Zimbabwe pour la Chine par avion, provoquant l'indignation d'associations de défense des animaux.

«Au moment où je vous parle, quelque 24 éléphants sont en route vers la Chine après avoir été arrachés à leurs familles dans le parc national de Hwange», a déploré à l'AFP Johnny Rodrigues, président de l'ONG Conservation Taskforce.

«Avant leur expédition par avion vers la Chine hier soir (dimanche), ils ont été gardés en cages dans un endroit tenu secret», a-t-il ajouté. «Les conditions dans lesquelles ces animaux ont été exportés sont extrêmement cruelles et nous condamnons l'idée même de séparer des bébés éléphants de leur mère».

Selon lui, le secret entourant toute l'opération, et le refus des autorités de permettre à la Société de prévention de la cruauté contre les animaux (SCPA) de voir les éléphanteaux avant leur départ est révélateur: «On ne peut que spéculer sur leur état de santé».

Le Zimbabwe avait annoncé en décembre son intention d'exporter au moins 62 éléphants vers la Chine, la France et les Émirats Arabes Unis, se targuant de l'aval de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction).

L'ex-star de la série américaine «Alerte à Malibu», l'actrice canado-américaine Pamela Anderson, s'était émue de ce projet et avait relayé les appels lancés aux autorités pour qu'elles renoncent.

Question d'argent

Le pays, à court d'argent, dit héberger 80'000 éléphants --un chiffre surestimé selon M. Rodrigues.

Or, les autorités de Harare estiment ne pouvoir pas supporter plus de 42'000 éléphants en raison des nuisances pour la nature et les récoltes dont ces gros pachyderme herbivore sont responsables.

Le produit de l'exportation de ces éléphanteaux doit financer le fonctionnement des parcs et réserves zimbabwéen, une partie des fonds revenant aux communautés voisines des parcs.

La direction des parcs nationaux zimbabwéens dit ne pas avoir assez de moyens pour lutter contre les braconniers, qui déciment les éléphants d'Afrique et ont notamment empoisonné au moins 300 pachydermes l'an dernier dans le parc de Hwange (nord-ouest). (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!