Actualisé 14.10.2013 à 20:21

Vaud/Lucerne

Elèves bloqués à cause des freins d'un bus

Un car affrété par une école de Saint-Prex a été immobilisé à la suite d'un contrôle de police inopiné sur l'autoroute, vendredi.

de
Frédéric Nejad Toulami
Les gendarmes ont empêché le véhicule de continuer sa route.

Les gendarmes ont empêché le véhicule de continuer sa route.

Le retour de leur camp scolaire a semblé très long à une cinquantaine d'écoliers de Saint-Prex (VD), ainsi qu'à leurs accompagnants, vendredi. Après avoir passé la semaine au Tessin, au Centre sportif national de la jeunesse de Tenero, ces adolescents âgés de 14 et 15 ans ont embarqué dans deux cars, vendredi en fin de matinée.

Mais, alors qu'ils traversaient le canton de Lucerne, des agents de la gendarmerie ont intimé l'ordre aux chauffeurs des deux véhicules de se diriger vers une aire de repos pour un contrôle technique inopiné. Si l'un des bus a pu repartir après vérification, le second a été déclaré inapte à poursuivre sa route.

En cause: l'état des freins des roues arrière. Selon nos sources, la police a alors saisi le permis de conduire du chauffeur du car vaudois et lui a demandé de faire appel à un autre véhicule en bon état pour venir chercher la cinquantaine d'adolescents bloqués, ainsi que leur prof et les deux accompagnants. Ils ont dû prendre leur mal en patience: plusieurs heures se sont écoulées avant l'arrivée du bus de rechange. Et d'après certains écoliers, il manquait des ceintures de sécurité à bord...

Contacté par «20 minutes» vendredi en début de soirée, le directeur de l'établissement scolaire tombait des nues: «Vous êtes certains de cela? Je n'ai reçu aucun appel à ce sujet...» Et il n'a pas pu communiquer le nom de la société de bus vaudoise mise en cause dans l'incident. Mais tous les élèves sont finalement bien arrivés à Saint-Prex, peu avant minuit.

Bus scolaire bloqué à tort par la police?

La cinquantaine d’adolescents de l’école de Saint-Prex ont peut-être poireauté des heures vendredi sur une aire d’autoroute lucernoise à ­cause du zèle infondé de la police de ce canton lors d’un contrôle. Celle-ci a décrété que les freins arrière de leur car n’étaient pas conformes. La gendarmerie lucernoise lui a alors «interdit de rouler», car il présentait «de graves défauts». Or, d’après le document du Service du trafic routier que nous nous sommes procuré, l’expertise réalisée hier matin sur le bus incriminé n’a rien décelé d’anormal aux freins: «In Ordnung.» Ni le ­service ni la police de Lucerne n’ont voulu s’expliquer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!