Elisabeth Kopp défend Christoph Blocher
Actualisé

Elisabeth Kopp défend Christoph Blocher

L'ancienne conseillère fédérale Elisabeth Kopp prend la défense de Christoph Blocher dans la controverse sur l'éviction du procureur de la Confédération.

«J'ai l'impression que ces théories du complot sont de vulgaires spéculations et des rumeurs», a-t-elle déclaré dans un entretien au «SonntagsBlick» paru aussi dans le «Matin dimanche».

Elisabeth Kopp, qui avait dû se retirer du Conseil fédéral en 1989 à la suite d'un coup de fil à son époux pour qu'il quitte une société douteuse et placée sous enquête, estime que Christoph Blocher n'a pas à démissionner. Le rapport de la Commission de gestion dit certes que Christoph Blocher a outrepassé ses compétences lors du départ du procureur de la Confédération Valentin Roschacher, mais cela ne justifie pas une démission.

Elisabeth Kopp rejette l'idée d'un complot, estimant que Christoph Blocher est «trop intelligent pour cela». Le ministre UDC agit souvent comme un manager, qui a l'habitude de trancher, et moins comme un politicien. Pour l'ex-conseillère fédérale radicale, les déclarations négatives de Christoph Blocher sur les droits de l'homme sont plus graves.

Elle juge par ailleurs très malheureuses les comparaisons du conseiller fédéral Pascal Couchepin avec le fascisme italien et le Duce. A ses yeux, il est regrettable que les conseillers fédéraux se livrent à de telles confrontations en public. Beaucoup de gens en sont dégoûtés.

AP

(ap)

Ton opinion